Centrafrique (suite), le groupe russe Wagner continue de croître

 
Un document de la MINUSCA obtenu par l’ONG « The Sentry » estime qu’il y a maintenant quelque 2300 mercenaires en RCA, y compris le contingent syrien.
 
Une quarantaine d’éléments de cette société sont affectés à la garde rapprochée du Président Touadéra qui bénéfice par ailleurs des conseils de Valery Alexandrovitch Zakharov, « conseiller chargé de la sécurité » à la Présidence qui est un relais en Centrafrique de Yevgeny Prigozhin, lui-même très proche de Vladimir Poutine.

Les mêmes mines qu’en Libye

Le 27 décembre 2017, le Conseil de sécurité de l’ONU autorisait une livraison d’armes ainsi que l’arrivée de 175 instructeurs russes qui sont en fait employés par la société privée « Sewa Security Services », une filiale du Groupe Wagner. 
 
Aux côtés des paramilitaires rwandais et des Forces armées centrafricaines (FACA), ces mercenaires sont de plus en plus impliqués sur le terrain depuis le début d’une contre-offensive contre les groupes rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) amorcée en Janvier dernier.
 
Les Russes ont également importé des véhicules blindés de transport de troupes, des hélicoptères de combat, tels que des Mi8 et des Mi-24 ainsi que des drones. En outre, selon un document interne de la MINUSCA obtenu par The Sentry et examiné par CNN, les mercenaires russes utilisent le même type de mines antipersonnel qu’ils ont utilisé́ en Libye. Le bureau du Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a déclaré́ en mars que « les FACA et leurs alliés tuent arbitrairement des civils » et que des personnes avaient été́ « torturées, maltraitées et arrêtées arbitrairement ».
 

La MINUSCA embarrassée 

 
Pour la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) de nombreux pays déployés en RCA, la présence de mercenaires russes est devenue très délicate à gérer. Le chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye, déclarait en Avril dernier qu’il avait discuté́ des cas de violations des droits humains commis par les soldats de PMC Wagner lors d’une réunion à Moscou avec le vice-ministre russe des Affaires étrangères, ce que les autorités russes ont par la suite démenti.
 
Les relations entre la MINUSCA et Moscou se sont considérablement détériorées sur le terrain depuis, avec des manifestations hostiles à la MINUSCA régulièrement sponsorisées par les russes et certains Ministres du gouvernement centrafricain. Fin mai, Ndiaye a condamné́ « la mobilisation d’enfants de 13 et 14 ans qui devraient être à l’école et qui reçoivent de l’argent pour manifester devant le siège de la MINUSCA pour exiger son départ ». La MINUSCA a déclaré́ à CNN lundi que son « rapport sur les violations des droits humains est en cours de finalisation en coordination avec le Haut-Commissariat aux droits de l’homme et sera publié́ prochainement ». 
 

1 COMMENT

Comments are closed.