Le groupe de rock libanais, Epic: du rauque et du métallique !

Les vétérans de la musique rock classique au Liban et dans le monde vont se réjouir du lancement du nouvel album du groupe Epic.

Le groupe de rock classique Epic a été formé au Liban en 2010 avec des racines qui remontent aux années 80. Influencé par des géants tels que les Scorpions, Pink Floyd et Metallica, c’est principalement le rock des années 70 et 80 qui va définir leur penchant artistique. C’est aussi le premier groupe de rock libanais à signer avec une maison de disque internationale, en l’occurrence le label Escape Music.

Les habitués du Quadrangle à Baabda, haut lieu de la scène rock et blues, auraient peut-être eu la chance de voir se produire les membres principaux du groupe formé de Tanya Rizkala, Mario Agostine, et Souheil « Sous » Moukaddem. Ils seront rejoints plus tard par le célèbre bassiste Chris Childs.

Rythmé par des sons de guitare métallique et d’une batterie percutante, Epic est caractérisé par son genre rock mélodique contemporain et la voix puissante et rauque de la chanteuse.

Aujourd’hui, les membres du groupe sont principalement basés à Montréal. L’album Starlight est né durant les confinements répétitifs dus au Covid entre 2020 et 2021. Ils sont de retour après un premier album paru en 2016 intitulé Like a Phoenix.

« Cet album est un hommage à nos épreuves personnelles en tant qu’artistes, à l’humanité durant la pandémie et surtout à mon Liban qui souffre tant », Confie Tanya Rizkala, la chanteuse du groupe.

 

C’est un hommage au peuple libanais qui, même en temps de crise, reste digne et courageux. Starlight, comme son nom l’indique, est une lueur d’espoir et de ténacité face à la tourmente actuelle du monde.

« De la souffrance ont émergé les âmes les plus fortes; les personnages les plus massifs sont marqués de cicatrices. » Rizkala cite Gibran Khalil Gibran qui l’inspire à poursuivre son parcours artistique malgré toutes les difficultés.

La sortie de l’album marque les dix ans de la disparition de Jean-Claude Boulos. Media Mogul du Liban et du Moyen-Orient, pionnier des médias et de la publicité, Boulos était aussi artiste et poète. Vers la fin des années 90, il offre un poème intitulé Mais lui à Tanya Rizkala, qui deviendra une des chansons phares de l’album. Le poème parle d’une femme en quête d’amour qui passe de déception en déception avant de trouver l’homme de sa vie.

L’album est désormais en vente en ligne sur la plateforme Escape Music et le groupe prévoit une tournée en 2023.

 
Previous articleLa chute du Royaume Kongo en 1665 
Next articleLoïk Le Floch Prigent: « La traitrise allemande en matière d’énergie »
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)