Le grand isolement diplomatique du président tunisien Kaïs Saïed

Le président tunisien Kais Saied, dit « Zabaïed » (1), n’a pas tout pas digéré l’avis négatif de la commission de Venise, affiliée au Conseil de l’Europe , sur la faisabilité du référendum du 25 Juillet prochain. Référendum qui rappelons-le, est destiné à valider la nouvelle Constitution dans moins de deux mois… laquelle Constitution, n’a toujours pas été présentée aux tunisiens.

Un dessin et un article de « Z »

Tout en poursuivant sa politique de démolition des maigres acquis démocratiques de la Révolution, notre président Zabaïed * semble mener en parallèle une politique d’isolement de la Tunisie. Après s’être mis à dos les Etats Unis -ces derniers parlent du décevant virage du Pouvoir tunisien-, notre impulsif président vient de déclarer “persona non grata”, la très gentille “commission de Venise”. 

C’était ce lundi 30 Mai : la Tunisie assiste depuis la page Facebook de la présidence, à un Saïed qui hurle à l’ingérence et qui somme la commission de prendre ses cliques et ses claques et de “s’occuper de ses gondoles” (ce sont ses propres mots).

Gare aux gondoles !

La Commission de Venise a été fondée en 1990 après la chute du mur de Berlin. Il s’agit d’un organe purement consultatif. Cette commission aide, assiste et conseille les gouvernements en matière de Droit constitutionnel. Cela signifie que son avis demeure théorique, comme l’avis technique d’un ingénieur à qui l’on soumet l’esquisse d’un architecte. 

Mais Saïed se prend pour le grand architecte de l’univers. Notre président ne supporte pas tout ce qui pourrait mettre en doute son dessein messianique. Il veut aller vite, et personne ne pourra entraver ce 25 Juillet, la réalisation de son grand « oeuvre » : SA Constitution  ! C’est sa créature, son bébé à lui. Alors gare aux gondoles qui osent l’en empêcher 

Le radeau de la méduse

 
Ce modeste prof de droit, parti de rien, devenu président, n’avait déjà que faire de l’avis de ses collègues tunisiens (à part les quelques larbins cités dans un ancien article). Après avoir pris sa revanche sociale sur ses anciens collègues bourgeois de la fac de Droit (on pense notamment à Yadh ben Achour), Zabaïed entend défier ses confrères à l’international. 

La Tunisie s’habitue à assister en direct, via la page facebook de la présidence, à un homme rongé par ses complexes qui met en spectacle sa victoire et qui tient à humilier publiquement ses rivaux, ses opposants traités de traîtres, de vendus ou de nostalgiques du protectorat (aux membres de la commission de Venise, il ironise sur leur Nostalgie de l’époque de Jules Ferry).

Certains évoquent sérieusement l’atteinte psychologique du président. Chacun y va de son diagnostic de psy du dimanche. Entre ceux qui identifient en lui le complexe du messie, la schizophrénie, la bipolarité ou Asperger, les débats sur la santé mentale de Zabaïed vont bon train depuis le 25 Juillet dernier. 

Quant à la Tunisie, elle semble de plus en plus atteinte du syndrome du radeau de la méduse.

La République tunisienne en claquettes !!!

La République tunisienne en claquettes !!!

 

2 COMMENTS

Comments are closed.