Le Congolais Sassou Nguesso sous le charme de Erdogan

Partages
Le général Jean-Marie Mokoko, incarcéré depuis quatre ans, vient enfin de bénéficier d’un bon de sortie du Congo.
 
Les pressions de la France envers ce Saint-Cyrien, resté proche des militaires français, et celles, plus récentes, des Présidents de l’Angola, de la RDC et du Gabon ont fini par convaincre le chef de l’État congolais et, surtout, le patron de la sécurité congolaise, le secrétaire général du Comité national de sécurité nationale, Jean-Dominique Okemba. Le « Hamed Bagayoko congolais » est déjà dans la perspective des élections de 2021.
 
Jean- Marie Mokoko a donc été évacué sanitaire. Non pas vers Paris mais vers Istanbul. Cela n’est guère surprenant. Denis Sassou-Nguesso préside le Comité de haut niveau de  l’Union africaine chargé de la médiation dans la crise libyenne. La Turquie, avec ses mercenaires syriens, s’est engagée militairement aux côtés du Gouvernement d’union nationale de Tripoli (GNA).
 
Afin d’obtenir un soutien de l’Union africaine, Recep Erdogan a entrepris il y a plusieurs mois une opération de charme auprès de Sassou Nguesso,  avec à la clé une coopération multiforme renforcée. Par ces temps difficiles pour le régime congolais,ce soutien ne pouvait se refuser. 
 
L’évacuation de Jean-Marie Mokoko vers Istanbul est donc une aubaine. Chez Erdogan, dans de bonnes mains, cet opposant dangereux pour le régime sera en quelque sorte en résidence surveillée, ce qui n’aurait pas été le cas à Paris.
 
Alors que s’annonce l’élection de 2021, les 11 chefs de l’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont déjà fait leur choix en plaçant Denis Sassou- Nguesso à leur tête pour cinq ans.
Partages