Le 1er mai, un semblant d’unité dans la gauche française