L’axe Tebboune-Erdogan contesté par l’armée algérienne

Partages

En Algérie, l’alliance que noue Abdelmadjid Tebboune depuis son arrivée au pouvoir avec la Turquie d’Erdogan est en train de susciter des critiques du Polisario et de nombreux gradés algérien.

Des représentants officiels du Polisario ont remis un rapport à leurs interlocuteurs militaires algériens dans lequel ils dénoncent la présence de plusieurs entreprises turques ayant consenti à des investissements importants à Laâyoune. La Turquie, sous la pression des autorités marocaines, a renforcé ses investissements et sa présence au Sahara Occidental, suscitant ainsi la colère du Polisario qui dénonce une complicité de la Turquie d’Erdogan avec le royaume chérifien. Or, les autorités turques veulent uniquement sauver leur accord de libre-échange avec le Maroc et préserver leurs intérêts commerciaux.

Certains hauts gradés n’hésitent pas à faire part de leur colère à l’encontre de la Turquie qui fait les yeux doux à l’Algérie, tout en traitant avec le Maroc ! Les militaires algériens veulent que Tebboune fasse pression sur cet « allié » pour l’obliger à respecter les intérêts régionaux de l’Algérie au Maghreb.

Enjeux libyens

Cependant, Abdelmadjid Tebboune ne veut pas froisser son meilleur allié, la Turquie. Il compte beaucoup sur les trucs pour pacifier la Libye et repousser l’ennemi de l’Algérie, le Maréchal Haftar. Tebboune essaie de ménager cette Turquie qui lui a promis des investissements et une assistance pour relancer la machine économique algérienne. Or, pour les généraux algériens, le Sahara Occidental est un « dogme » sur lequel il ne faut pas transiger. 

Partages
Previous articleL’étrange voyage du président Touadera au Burkina
Next articleNiger, des soldats en train de tuer des hommes blessés
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)