L’alliance discrète entre le pouvoir malien et les fondamentalistes de Dicko

Daniel Tessougué, le juge qui a osé s'opposer au très réactionnaire imam Dicko, le patron du Haut Conseil Islamique et l'homme fort du Mali, vient d'être éloigné de Bamako par le pouvoir malien

Partages

L’ancien procureur général de la Cour d’Appel de Bamako, Daniel Tessougué, qui avait menacé en 2015 de poursuivre pour « apologie du terrorisme » l’imam Mahmoud Dicko, président du Haut Conseil islamique du Mali (HCI), qui avait expliqué que la violence pouvait s’expliquer notamment par l’occupation des forces françaises, vient d’être envoyé à la Cour de justice de l’Union économique et monétaire (UEMOA), basée à Ouagadougou, au Burkina Faso.

Voici une preuve supplémentaire de l’alliance qui s’est nouée au fil des années entre l’Imam Dicko et le pouvoir malien. Il faut se souvenir que lors de l’élection présidentielle de 2013, le Haut conseil Islamique avait fait campagne dans les mosquées pour l’actuel président Ibrahim Boubacar Keita (dit IBK)-ce qui n’avait mas empêché ce dernier de recevoir l’appui total de la France qui venait d’intervenir au Nord du Mali. Le cer était dansle fruit, et la mouvance islamiste la plus radicale de Dicko et de ses amis était déja à l’oeuvre

Réputé pour son intégrité, Daniel Tessougué s’était opposé au président malien Ibrahim Boubacar (IBK) pour l’amnistie accordée en 2013 aux ex-rebelles touaregs et dans le dossier du général Amadou Sanogo, l’ancien chef de la junte militaire poursuivi pour l’assassinat d’une vingtaine de militaires maliens.

Lors d’un meeting organisé récemment à Bamako, l’Imam Dicko, qui est devenu notamment grace à la manne séoudienne, l’homme fort du pays a appelé le président malien à «  se ressaisir ». « Que le président de la République se ressaisisse. Il y a trop de bourdonnements, trop de laisser-aller dans le pays. Mais, il vaut mieux tard que jamais. Nous l’avons interpellé dans ce sens. Il doit revoir sa copie avec l’ensemble de ses collaborateur », a déclaré le bouillant imam.

Partages