L’Algérie et le Maroc sont condamnés à s’entendre

Partages

Hamid Chriet, journaliste et analyste géopolitique, plaide pour un conseil de coopération des états du Maghreb, comme il en existe un entre les pays du Golfe. Une piste intéressante mais un long chemin….

Les citoyens Maghrébins sont de plus en plus nombreux a exprimer un droit à la vérité, y compris quand il s’agit de la santé de leur responsables politiques. Certains y voit une atteinte a la vie privée, d’autres non. Cependant la question de l’aptitude de certains à présider aux destinées de leurs pays se pose désormais, alors que les peuples, de Tripoli à Alger et à Tunis, réclament un doit de regard sur les affaires de leurs pays..

Après Bouteflika, Béji Caïd Essebsi

Après la fin de rêgne de Bouteflika malade et diminué, la dispatition du Béji Caïd Essebsi, 92 ans. Dans un premier temps, la Présidence tunisienne concède un « grave malaise ».« La situation du président avait été critique », avait indiqué ensuite un de ses conseillers sur Twitter, précisant plus tard que « l’état du président est stable ». Le 25 Juillet, jour anniversaire de la proclamation de la République Tunisienne en 1957 , le President disparaissait.

L’Afrique du Nord est confrontée au défi de la santé fragile de ses dirigeants. Une préoccupation qui doit être prise en compte, pour anticiper un risque de déstabilisation de toute la région, déjà en ébullition. Le Maroc semble être le seul État de la Région, pour l’instant, à pouvoir maintenir la stabilité de ses institutions.

Vers une troisième voie

Pour pouvoir instaurer la paix civile dans les pays du Maghreb, il me semble important de proposer des perspectives conciliantes et rénovatrices . Il faut déterminer les dangers et proposer d’autres voies. C’est l’instauration d’une nouvelle donne qui sortira le Maghreb de ce schéma bipolaire entre d’une part les laïcs et d autres part , les partis dits religieux.

La possibilité d’une troisième alternative peut constituer le début d’une solution médiane dans des sociétés traversées par cette opposition destructrice. La société civile, les diasporas dans le monde sont les seules capables d’offrir une autre option et un avenir à la jeunesse du Maghreb. Cette entente des intérêts nationaux devra accepter les héritages romain, juif, berbère, arabe et islamique, mêlés dans une même soif de modernité et une acceptation des défis de la mondialisation.

Cette union aura pour objectif d’ouvrir les frontières aux personnes, aux capitaux et aux marchandises et à plus long terme de créer une monnaie unique sur un modèle économique , propre aux attentes des économies du Maghreb.

Un programme commun pour le Maghreb

La mise en étude d’un certain nombre de projets majeurs portant sur l’énergie nucléaire, un système ferroviaire commun et le réseau d’eau pourra créer plus de richesse, prospérité dans la région. La mise en place d’un réseau de distribution d’énergie solaire devant desservir toute la région doit être achevée.

Il me semble important de :

  • Régler le conflit du Sahara Marocain par une mediation inter Maghrebinnes incluant les sociétés civiles des trois pays. Avec l accord d un pacte de non agression entres le Maroc et l Algerie.
  • Lancer un plan économique de 100 milliards pour la Jeunesse sur une durée de 5 ans repartie par les 3 pays.
  • Création d’une Monnaie Unique, indépendante.
  • La Création d’un fonds souverain Maghrébin, autonome.
  • La Création d’un Maghreb Pole sur le modele d’Interpole, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.
  • La Création d’un Parlement maghrébin de la Jeunesse reparti entre les trois pays sur le modele du parlement E.U. Avec des commissions.
  • La Création d’une banque centrale Maghrebien BCM
  • Modifier l’UAM par CCEM « Conseil de Coopération des États du Maghreb  » en le réduisant seulement à trois pays qui sont la Tunisie, le Maroc, et l’Algérie.
Partages