La Turquie lance une télévision islamiste pour le Maghreb

Partages

Une nouvelle chaîne de télévision qui associe des islmistes algériens ( dont Larbi Zitout, patron du mouvement « Rachad ») est en cours de lancement depuis la Turquie entièrement consacrée au Maghreb

L’opposant algérien en exil depuis les années 90, l’islamiste Larbi Zitout est parmi les principaux pilotes de ce nouveau projet coiffé par des investisseurs turcs et moyen-orientaux établis en Turquie. Larbi Zitout, leader du mouvement islamiste Rachad, s’est rendu récemment à Antalya pour participer aux négociations en prélude à ce projet médiatique. D’autres représentants de la mouvance islamiste algérienne et marocaine seront associés à ce projet de soft-power qui sera supervisé par les lobbys turcs. 

D’après les sources de nos confrères marocains de Maghreb-intelligence, une société a déjà été créée avec un capital initial de 200.000 euros. Des fonds en provenance de Doha et devraient pas tarder pour venir renforcer ce projet. 

La Libye dans le viseur

L’objectif de ce projet est mettre en place une télévision similaire à l’égyptienne Elsharq tv, à savoir un média défendant la vision islamiste des Frères musulmans égyptiens portant un projet de société orienté en faveur des intérêts des tendances islamistes soutenues par la Turquie. Cette nouvelle télévision devra permettre également à la Turquie de renforcer son influence dans le dossier libyen où elle défend militairement le gouvernement de Tripoli dirigé par un mouvement assurant clairement ses tendances islamistes. 

La mouvance islamiste, même si elle participe à la gestion gouvernementale en Tunisie, au Maroc et en Libye, est en perte de vitesse. Les Turcs, engagés dans une guerre d’influence au Maghreb contre l’axe Riyad-Abou Dhabi, veulent venir en aide à leurs alliés naturels qui sont les partis d’obédience islamiste.

Partages
Previous articlePour Mike Pompeo,la démocratie en Mauritanie renforcée
Next articleNicolas Sarkozy vante « la modernité » de Mohammed VI
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)