Notre série sur la nécessaire restitution du patrimoine africain (volet 2)

Les Africains à partir des Indépendances n’ont pas cessé de réclamer ces objets pillés. Après un traité en 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, l’UNESCO propose un texte en 1970 « pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété de biens illicites des biens culturels ». [1]

Une chronique d’Alexandre Vanautgaerden

Alexandre Vanautgaerden est historien et historien d’art. Il a travaillé et dirigé plusieurs institutions culturelles (musées, bibliothèques) en Belgique, Suisse et France. Il a publié de nombreux livres sur l’humanisme et Érasme, et travaille actuellement sur l’évolution des lieux d’exposition au regard du développement des projets numériques. Il est Honorary Reader au Centrum for the Study of the Renaissance de l’Université de Warwick en Angleterre.

Le président Mobutu s’adresse le 4 octobre 1973  aux États membres de l’ONU lors d’une réunion de l’Assemblée générale à New York, sous le regard du Secrétaire général Kurt Waldheim (assis à gauche), et réclame le retour des objets pillés pendant la colonisation. Photo ONU/Yutaka Nagata.

La Convention de l’UNESCO entre en vigueur en 1972 avec trois États parties : Bulgarie, Équateur et Nigeria. Elle distingue les pays « exportateurs » des pays « importateurs

Le professeur Abdoulaye Camara de l’Université Senghor d’Alexandrie nous rappelle qu’un an plus tard, le président de la République démocratique du Congo (Zaïre à l’époque) Mobutu Sese Seko prononce un vibrant discours aux Nations Unies au cours duquel il ne manque pas de réclamer le retour des biens pillés :

« Parmi les revendications des pays sous-équipés, principalement les pays anciennement colonisés, il existe un domaine d’importance capitale, car il se rapporte au patrimoine culturel de nos pays. Pendant la période coloniale, nous avons subi non seulement le colonialisme, l’esclavagisme, l’exploitation économique, mais aussi et surtout un pillage sauvage et systématique de toutes nos œuvres artistiques. C’est ainsi que les pays riches se sont approprié nos meilleures et uniques pièces artistiques. Et nous sommes pauvres non seulement économiquement, mais aussi culturellement.

Ces œuvres qui se trouvent dans les musées des pays riches ne sont pas nos matières premières, mais des produits finis de nos ancêtres. Ces œuvres, gratuitement acquises ont subi une telle plus-value qu’aucun de nos pays respectifs ne peut avoir les moyens matériels de les récupérer.

Ce que je vous dis est fondamental. Car tout pays riche, même s’il ne possède pas la totalité des chefs d’œuvre de ses meilleurs artistes, en possède au moins une grande partie. C’est ainsi que l’Italie possède des Michel-Ange, la France des Renoir, la Belgique des Rubens, la Hollande des Rembrandt ou des Vermeer. Et l’autre fait qui montre la justesse de mes propos est que, pendant la seconde guerre mondiale; Hitler avait pillé le musée du Louvre et emporté les magnifiques œuvres qui s’y trouvaient. Quand la libération intervint, avant même de songer à la signature de l’armistice, la France recherchait, par tous les moyens, li récupérer ses œuvres d’art, ce qui était normal. C’est pourquoi je demande également que cette Assemblée générale vote une résolution demandant aux puissances riches qui possèdent des œuvres d’art des pays pauvres d’en restituer une partie afin que nous puissions enseigner à nos enfants et à nos petits-enfants l’histoire de leur pays.[2]

Le Zaïre sera le vingtième pays à ratifier (ou accepter) la convention en 1974.Il faudra attendre 1997 pour que la France ratifie la convention après la piteuse affaire du bélier Djenné de Jacques Chirac (voir l’épisode 1), et les années 2000 pour que des pays importateurs parmi les plus importants l’acceptent (comme le Japon, le Royaume-Uni et l’Irlande du Nord en 2002, ou la Suisse en 2003) : ou la ratifie (comme la Belgique en 2009).

Bronze Ife vs Gaston Lagaffe (Etat belge)

La Belgique qui, non contente d’être une plaque tournante du commerce illicite, se singularise par un sens aigu du cafouillage, digne de Gaston Lagaffe, le personnage de BD inventé par André Franquin. Un « bronze d’Ife » avec d’autres pièces est volé le 14 janvier 1987 dans le Musée national de Jos, une ville du Nigeria. Un gardien du musée est mortellement blessé lors du cambriolage. La pièce est déclarée à Interpol et le Conseil international des musées (ICOM) la publie sur sa liste rouge. Le bronze est saisie en Belgique dans des circonstances inconnues (le Tribunal de Bruxelles a égaré le dossier). Le 14 novembre 2007, le Service public fédéral Finances organise une vente publique de biens saisis à Molenbeek. Un « lot d’art africain », contenant le bronze d’Ife, passe sous le marteau : l’Etat Belge met donc aux enchères un chef-d’œuvre nigérian volé d’une valeur de plusieurs millions d’euro, et la vend à un antiquaire belge pour la somme de 240 euros ! Dix ans plus tard, le bronze est envoyé à la maison de vente aux enchères Woolley & Wallis à Londres, où la justice britannique le saisit. Une querelle juridique commence. L’affaire est dans l’impasse car la Belgique considère qu’il il ne s’agit pas d’une affaire entre deux pays, mais entre un individu (l’antiquaire) et un autre pays (le Nigeria).

Selon M. Babatunde Adebiyi, de la Commission nigériane des musées et des monuments : « La Belgique ne veut pas aider car, au moment de la vente, elle n’avait pas encore signé la Convention de l’UNESCO de 1970 sur le trafic illicite de biens culturels. Cela ne s’est produit qu’en 2009, deux ans après la vente de la pièce. » Espérons que l’Etat belge finira par entendre raison et entendre le conseil de Julien Volper, conservateur au Musée royal de l’Afrique centrale, qui pense que : « le gouvernement belge peut résoudre cette affaire rapidement en payant 60 000 euros au propriétaire actuel de la tête [qui en réclamait dans un premier temps 5 millions au gouvernement du Nigéria]. C’est une bagatelle par rapport à sa valeur réelle. » Personne ne contestant que la pièce a été commercialisée illégalement. Espérons que le bon sens l’emportera.[3]

L’appel d’Amadou-Mahtar M’Bow en 1978

On me permettra, malgré cette histoire rocambolesque, d’être moins pessimiste que Philippe Baqué à l’égard de ces conventions internationales.[4] Si j’ai bien conscience qu’une convention ne change pas le réel, elle permet de faire prendre conscience du problème, médiatise et sensibilise les professionnels du monde des musées.

Aujourd’hui, après les conventions, les codes éthiques, les listes rouges des objets volés, plus aucun conservateur de musée ne peut dire qu’il n’est pas au courant quand il entreprend l’acquisition d’un objet archéologique sans provenance, et que cet achat, s’il l’effectue le met en contradiction avec le code de déontologie auquel il a adhéré.

M. Amadou Mahtar M’Bow, Directeur Général de l’UNESCO (1974-1987). Photo : UNESCO / Dominique Roger.

« Ne plus faire du malheur des autres peuples l’ornement de notre patrie » Amadou Matar M’Bow.

L’UNESCO ne s’arrête pas de combattre le trafic illicite après 1970. En 1978, la Conférence générale de l’UNESCO crée le Comité intergouvernemental pour la promotion du retour de biens culturels à leur pays d’origine ou de leur restitution en cas d’appropriation illégale. Ce mécanisme vise à traiter la question de la restitution ou du retour des biens culturels perdus lorsque aucun instrument international ne s’applique – par exemple, les cas survenant avant l’entrée en vigueur de la Convention de 1970. Une des principales critiques à l’encontre de la convention est son aspect non rétroactif. Comme on le sait, une grande partie des biens illicites est sortie du continent africain avant 1970.

C’est en juin 1978 que Amadou-Mahtar M’Bow lance un appel solennel « pour le retour à ceux qui l’ont créé d’un patrimoine culturel irremplaçable ».  La place manque ici pour le citer en entier, même si chacune des phrases de cet appel est mûrement méditée. On peut le retrouver sur le site de l’UNESCO, qui offre aussi l’occasion de l’entendre in extenso ou de le visionner dans une version abrégée.[5] Offrons ici trois paragraphes :

« Le génie d’un peuple trouve une de ses incarnations les plus nobles dans le patrimoine culturel que constitue, au fil des siècles, l’œuvre de ses architectes, de ses sculpteurs, de ses peintres, graveurs ou orfèvres de tous ses créateurs de formes qui ont su lui donner une expression tangible dans sa beauté multiple et son unicité. Or, de cet héritage où s’inscrit leur identité immémoriale, bien des peuples se sont vus ravir, à travers les péripéties de l’histoire, une part inestimable.

[…] Les peuples victimes de ce pillage parfois séculaire n’ont pas seulement été dépouillés de chefs-d’œuvre irremplaçables : ils ont été dépossédés d’une mémoire qui les aurait sans doute aidés à mieux se connaître eux-mêmes, certainement à se faire mieux comprendre des autres.

[…] C’est pourquoi, au nom de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, qui m’en a confié le mandat, J’appelle solennellement les Gouvernements des États membres de l’Organisation à conclure des accords bilatéraux prévoyant le retour des biens culturels aux pays qui les ont perdus ; à promouvoir prêts à long terme, dépôts, ventes et donations entre institutions intéressées en vue de favoriser un échange international plus juste des biens culturels ; à ratifier, s’ils ne l’ont pas encore fait, et à appliquer avec rigueur la Convention qui leur donne les moyens de s’opposer efficacement aux trafics illicites d’objets d’art et d’archéologie. […]

Et il terminait par ces mots :

« Il y a deux mille ans, l’historien grec Polybe nous invitait à ne plus faire du malheur des autres peuples l’ornement de notre patrie. Aujourd’hui, tous les peuples étant reconnus égaux en dignité, je suis convaincu que la solidarité internationale peut au contraire aider concrètement au bonheur général de l’humanité. Restituer au pays qui l’a produit telle d’art ou tel document, c’est permettre à un peuple de recouvrer une partie de sa mémoire et de son identité, c’est faire la preuve que, dans le respect mutuel entre nations, se poursuit toujours le long dialogue des civilisations qui définit l’histoire du monde ».

La convention de UNIDROIT, 1995

Afin d’être plus efficient dans la lutte contre le trafic illicite de biens culturels, l’UNESCO demande à l’Institut international pour l’unification du droit privé (UNIDROIT) d’étudier les questions relatives au droit privé qui ne sont pas directement traitées par la Convention. La Convention sur les biens culturels volés ou illicitement exportés de UNIDROIT voit le jour en 1995, elle complète ainsi celle de 1970 au niveau du droit privé.[6]

À la suite de l’UNESCO, le Conseil international des musées (ICOM) s’est impliqué de manière régulière pour lutter contre le trafic illicite des biens culturels à partir des années quatre-vingt-dix. Nous avons vu dans le premier épisode que c’est à partir d’une liste d’objets pillés éditée par l’ICOM en 1994, que le bélier Djenné offert à Jacques Chirac a pu être restitué au Mali ou le bronze d’Ife vendu par l’Etat belge identifié à Londres. Le travail avait été entamé plus tôt par la réflexion portée sur le code de déontologie dès 1974.[7] Le premier Code of Professional Ethics est approuvé en 1986, et sera maintes fois revu. Ce comité de réflexion sur l’éthique a joué un rôle important dans le positionnement extrêmement clair de l’ICOM à l’égard du trafic illicite, et par sa volonté de publier régulièrement ces « Listes rouges » d’objets dérobés.[8] Encore moins que l’UNESCO, l’ICOM n’a aucun pouvoir de décision, mais par la force de son réseau, nous pouvons considérer qu’il a grandement participé à faire changer les mentalités chez les professionnels des musées. Le débat sur le musée universel, au début des années 2000, a vu de nombreuses prises de position au sein de l’ICOM contre ce concept, perçu comme un alibi justifiant le refus des restitutions, nous y reviendrons.

L’actualité de la convention de 1970

En 2020, l’UNESCO fêta les 50 ans de cette convention.[9] En mars 2020, la Convention compte désormais 140 États parties à la convention de 1970. Selon Philippe Baqué, la convention de 1970 ayant montré pendant trente ans qu’elle ne menaçait pas les « pays importateurs », la plupart d’entre eux décidèrent de la ratifier. Quelques années plus tôt, en 2012, Florain Shyllon, vice-président de l’Université Olabisi Onabanjo du Nigeria, soumit à l’assemblée un document au titre explicite : « La mise en œuvre de la convention de l’UNESCO de 1970, cette étape décisive que les États africains n’ont pas su franchir. » C’est un document à la fois passionnant et inquiétant à lire sur le peu de motivation d’une grande partie des responsables africains pour lutter contre ce trafic illicite. Il est complété par un autre document à destination des participants à la réunion des 15 et 16 mars 2011, du Professeur australien Lyndel V. Prott. Ces textes n’ont (malheureusement) pas perdu leur actualité et contiennent, tous deux, nombre de positions pragmatiques qu’il est toujours utile de relire aujourd’hui.[10]

Il est certain que la difficulté de contrôler des frontières poreuses et le faible investissement des dirigeants africains dans leurs musées n’incitent pas à l’optimisme. Et, dans bien des exemples de l’ouvrage de Philippe Baqué ressort le sentiment que le marché est plus fort que les États. Malgré tout, on le verra dans l’entretien que nous avons eu avec Abdoulaye Camara, dans le prochain épisode, grâce à l’École du patrimoine africain à Porto-Novo au Bénin, et l’Université Senghor d’Alexandrie et sa formation en Gestion du patrimoine culturel, une nouvelle génération de professionnels voit le jour en Afrique. Ces conventions, si imparfaites soient-elles, dans leur rédaction ou leur application, constituent une base de réflexion et un socle stable à partir desquels cette nouvelle génération pourra interpeller le pouvoir en place.

Restituer l’Art africain… aux Français…

Je voudrais terminer ce deuxième épisode en évoquant la vente organisée par la maison Salorges-Enchères à Nantes, le 23 mars 2019. Y étaient proposés des armes issus de « collectes » coloniales[11]; et des récades (sceptre royal de l’ancien royaume du Dahomey, en forme de crosse ou de hache), réunies à la fin du XIXe siècle par Alfred Testard de Marans, chef des services administratifs du corps expéditionnaire dirigé par le général Alfred Amédée Dodds durant la guerre contre le roi Béhanzin et la conquête du royaume du Dahomey (1892-1894), dans l’actuel Bénin.

Une Récade (ou makpo) à tête d’oiseaux. Peuple Fon. Ancien Dahomey actuel Bénin. Date de collecte : 1948, bois, et laiton, 51 x 23 x 6 cm. Muséum de Toulouse (MHNT ETH.AC 450). Photo: Didier Descouens.

Les objets étaient demeurés depuis plus d’un siècle en possession des descendants des administrateurs, militaires ou des missionnaires ce qui conféraient à ces objets une valeur historique importante. C’est pourquoi le Collectif des antiquaires de Saint-Germain-des-Prés, se porta acquéreur des récades. Parfaitement légale, la vente fut contrariée par l’association Afrique-Loire qui alerta plusieurs ambassades de pays africains de la tenue de la vente. Seul le gouvernement du Bénin interpella le ministère de la culture français pour qu’il suspende la vente, espérant que ces bâtons de commandements lui soient restitués. Le ministère de la culture n’ayant pas de pouvoir légal pour suspendre la vente, il demanda à la salle de vente (qui accepta) de retirer les objets provenant du Dahomey des enchères afin que le gouvernement béninois put s’en porter acquéreur.

Thomas Bouli, porte-parole de l’Association Afrique-Loire, lors de la vente de la Maison Salorges-Enchères, le 23 mars 2019. Photo : Samira Houari-Laplatte.

Thomas Bouli, porte-parole de l’association, prit la parole avant que ne commence la vente et interpella les futurs enchérisseurs :

« La France a émis le principe de restitution des biens culturels [à l’Afrique] et voici qu’aujourd’hui nous sommes dans une vente de ces biens mal acquis. Personne ne va vous montrer les certificats de vente de ces objets que vous allez acheter et qui ont été pillés. Vous aurez sûrement un reçu, lors de votre achat, mais les fabricants de ces objets, eux, n’ont rien reçu, certains n’ont reçu que la mort.[12]

Poursuivant avec un brin d’ironie, il ne manquait pas de remercier les futurs acquéreurs :

« … car l’acte que vous faites aujourd’hui valorise le savoir-faire de ceux qu’on estimait barbares au début de la colonisation. Désormais, leur art est devenu si prisé que les colonisateurs européens fabriquent des lois pour les conserver en Europe. »

Après la vente, le gouvernement béninois renonça à acheter ces œuvres au prix fixé en fonction des offres reçues.L’avocat du Collectif des antiquaires, Yves-Bernard Debie, tourna en dérision l’intervention de Thomas Bouli avec esprit (et mauvaise foi). [13] Ce dernier, en mars 2020, constatait, désappointé :

L’Etat béninois aurait pu acheter les objets. Que représente cette somme pour lui ? Nous commençons sérieusement à douter de la volonté des Etats africains de sauvegarder leur patrimoine. Il existe en leur sein tellement d’intérêts divergents que ceux des pays passent en dernier.[14]

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Le Collectif des antiquaires se porta finalement acquéreur des récades auxquels le gouvernement béninois avait renoncé, pour se lancer dans une opération de communication aux dépens de l’État français, embourbé, nous le verrons bientôt dans un prochain épisode, dans la mise en œuvre du discours d’Emmanuel Macron.

Vue du Petit Musée de la Récade, Cotounou, Bénin. Photo : Carolle Lecentre

En effet, le 17 janvier 2020, alors qu’aucune œuvre béninoise n’est encore restituée par la France, le Collectif offre au Petit Musée de la Récade à Cotounou les 28 pièces acquises à Nantes. Offrande faite à lui-même, car ce musée a été créé en décembre 2015 par le Collectif des antiquaires parisiens.

Robert Vallois, membre du Collectif, pouvait déclarer avec fierté, en présence de l’Ambassadeur de France et d’un représentant du ministre de la Culture béninois, et des membres de la famille royale d’Ahomey : « Pour nous, la restitution des œuvres, c’est du concret. » Le sémillant avocat Yves-Bernard Debie ne put que confirmer qu’il s’agissait d’un don franco-français à un musée franco-français. Chercher l’erreur.

[1] On trouvera sur le site de l’UNESCO l’ensemble des textes juridiques applicables : https://fr.unesco.org/fighttrafficking/legaltexts et un observatoire très utile (et commode) des législations nationales : https://fr.unesco.org/node/277505.

[2] Allocution de Son Excellence le général Mobutu Sese Seko, Président de la République du Zaïre. Nations Unies, Assemblée générale, 28e session. 2140e séance pléniaire, jeudi 4 octobre 1973, New York. On peut écouter le discours de Mobutu sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=ogdKOnJawJE.

[3] L’enquête a été menée par des journalistes de la VRT et De Tijd. Voir l’article (en néerlandais) de Lars Bové,

[4] Le chapitre dans son livre Un nouvel or noir, 2021, p. 145-158 est intitulé « Convention Unesco de 1970 : une convention pour rien ? ».

[5] Pour la version audio du discours : https://www.unesco.org/archives/multimedia/document-168; la version vidéo abrégée de l’allocution : https://www.unesco.org/archives/multimedia/document-4856; pour le texte :  « Pour le retour à ceux qui l’ont créé d’un patrimoine culturel irremplaçable: un appel de M. Amadou-Mahtar M’Bow, Directeur Géneral de l’UNESCO », Le Courrier de l’UNESCO: une fenêtre ouverte sur le monde, XXXI, 7 (1978), p. 4-5.

[6] Sur ce sujet, voir sur le site d’UNIDROIT : https://www.unidroit.org/fr/instruments/biens-culturels/convention-de-1995; et l’ouvrage et les commentaires de Lyndel V. Prott, Biens culturels volés ou illicitement exportés: commentaire relatif à la Convention d’UNIDROIT, 1995, 2000. Disponible sur l’Internet : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000122865?posInSet=1&queryId=380266d7-8c96-4d20-9173-51d428b227ab.

[7] Voir l’article de Geoffrey Lewis, « The ICOM Code of Ethics for Museums: Background and objectives”, in Museums, Ethics and Cultural Heritage, Londres, Routledge, p. 45-54. Disponible sur l’Internet: https://www.academia.edu/28966068/The_ICOM_Code_of_Ethics_for_Museums_Background_and_Objectives.

[8] Voir la Liste rouge d’urgence des biens culturels en péril – Afrique : https://fr.unesco.org/news/celebrez-50-ans-lutte-contre-trafic-illicite.

[9] Voir sur le site de l’UNESCO l’état des lieux et les événements organisés à l’occasion de cette commémoration : https://fr.unesco.org/news/celebrez-50-ans-lutte-contre-trafic-illicite.

[10] Voir les deux documents : « La mise en œuvre de la convention de l’UNESCO de 1970, cette étape décisive que les États africains n’ont pas su franchir ». Document de référence préparé par Folarin Shyllon à l’intention des participants à la Deuxième réunion des États parties à la Convention de 1970, Paris, Siège de l’UNESCO, 20-21 juin 2012. Dispoinble à l’adresse suivante: https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000245270_fre; et, « Forces et faiblesses de la Convention de 1970 : un bilan 40 ans après son adoption ». Document de référence préparé par Lyndel V. Prott à l’intention des participants à la réunion La lutte contre le trafic illicite des biens culturels. La Convention de  1970 : bilan et perspectives, Paris, Siège de l’UNESCO, 15-16 mars 2011. Disponible sur l’Internet: https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000191880_fre.

[11] Ces armes avaient été collectés notamment par le caporal Mazier lors de la mission d’exploration au Moyen-congo de Pierre Savorgnan de Brazza en 1875, et par l’Abbé Le Gardinier au début du XXe siècle.

[12] La vidéo de l’intervention de Thomas Bouli est disponible sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=GQO8J1u6-Kg (consulté le 28 juin 2022).

[13] Dans un post publié d’abord sur LinkedIn le 31 août 2019: « La Vente aux enchères des Salorges du 23 mars 2019 : une tragi-comédie en trois actes »: https://www.linkedin.com/pulse/la-vente-aux-ench%C3%A8res-des-salorges-du-23-mars-2019-une-debie; puis dans Tribal Arts, 93 (automne 2019).

[14] Entretien avec Philippe Baqué, cf. Un nouvel or noir, p. 336.

Notre série sur la nécessaire restitution du patrimoine africain