La presse étrangère paiera pour travailler au Niger

Partages

Les autorités nigériennes essayent-elles de dissuader les media étrangers de couvrir les prochaines élections ? S’agit-il tout simplement de mieux contrôler les équipes de presse étrangères ?

Pour obtenir une autorisation de tournage, les équipes de reportage devront désormais verser « 300 000 francs CFA (456 euros) pour un journal étranger, 350 000 francs CFA (529 euros) pour une radio étrangère, 500 000 francs CFA (756 euros) pour une chaîne de télévision étrangère », selon un arrêté du 6 juillet dernier, parvenu à Mondafrique.

Cet arrêté restaure les règles créées à la fin des années 2000 pour mieux contrôler les journalistes au Niger et les empêcher, notamment, de se rendre dans le nord du pays où sévissait alors la rébellion. Profitant de ce contexte de tension, les agents du ministère de la Communication avaient trouvé un moyen rapide d’améliorer ainsi leurs fins de mois.

L’arrêté fixe les « conditions de réalisation de reportage ou de tournage de documentaire de type journalistique au Niger », prévoyant une « autorisation de reportage ou de tournage préalable », à retirer cinq jours avant le début du tournage « pour les requérants internationaux » et deux jours avant « pour les requérants nationaux. »

Cette demande devra préciser « l’objet ou les thèmes du reportage, la composition de l’équipe, les localités à visiter, la durée du tournage, la liste du matériel » et elle ne devra pas être susceptible de porter atteinte à « la sécurité nationale, l’ordre public, les bonnes moeurs ou la dignité de la personne humaine. »

La non soumission à cet arrêté est constitutive « d’une infraction sanctionnée par une amende de 300 000 francs CFA et la confiscation des rushes et du matériel de reportage. »

Partages