La chloroquine prescrite au Maroc sur une grande échelle

Partages

Malgré le débat scientifique qui existe, notamment en France, sur les effets du chloroquine sur l’épidémie de coronavirus, le Maroc a décidé de prescrire cette substance aux malades

Depuis le confinement, les rues des grandes villes marocaines sont vides

Le ministère marocain de la santé a indiqué que « l’utilisation de la chloroquine et les articles publiés au sujet des propriétés de cette molécule dans le traitement des cas aggravés de patients malades du Covid-19, dans plusieurs revues scientifiques, dans un certain nombre de pays comme la Chine ou les Etats-Unis ont toutes confirmé des résultats positifs pour l’utilisation de ce protocole dans le traitement du Covid-19 ».

La chloroquine « sera prescrite pour tous les malades » au Maroc touchés par la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19), a révélé, ce jeudi, Abdelfattah Chakib, spécialiste des maladies infectieuses au CHU Ibn Rochd de Casablanca. Le professeur a assuré que le stock de médicaments contenant cette substance est « largement suffisant »

Productions locales

La directrice de la Direction des Médicaments et de la Pharmacie du ministère de la Santé, Bouchra Madah, a confirmé, en début de semaine, que le Maroc dispose actuellement d’un stock de médicaments à base de chloroquine, qui a été distribué aux centres hospitaliers universitaires et aux hôpitaux régionaux et provinciaux. Les réserves sont d’autant plus suffisants que c’est notamment une filiale de Sanofi basée au Maroc qui fabrique ce médicament contre le paludisme. Le gouvernemetn marocain a saisi l’ensemble des réserves existantes.

Partages
Previous articleCoronavirus, l’aide chinoise à l’Algérie
Next articleAmnesty international: Annulez la condamnation de Karim Tabbou
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)