Il faut sauver la transition démocratique tunisienne

0
458
Partages

Les chercheurs de Crisis Group estiment que « la Tunisie pourrait revenir sur son ouverture démocratique » avant les élections de 2019, en raison du marasme économique et de la crise politique.

La transition politique en Tunisie est en difficulté. Les espoirs que les dirigeants du pays après le soulèvement pourraient résoudre leurs innombrables défis politiques et socio-économiques ont commencé à s’estomper. L’économie est dans le marasme et les dirigeants politiques sont de plus en plus divisés entre islamistes et non islamistes, tous deux en concurrence pour le contrôle des ressources de l’État. Cette confluence de problèmes suscite une crise générale de confiance dans l’élite politique, et il est à craindre que le pays ne revienne sur son ouverture démocratique post-2011 avant les scrutins présidentiel et parlementaire de la fin de l’année.

Un dinar déprécié de 40% depuis 2016

L’économie se porte mal. Le dinar tunisien s’est déprécié de plus de 40% par rapport à l’euro depuis 2016, réduisant ainsi son pouvoir d’achat, tandis que l’inflation s’élevait à 8% par an. En conséquence, le coût de la vie a augmenté de plus de 30% depuis 2016, entraînant l’endettement des ménages. Les disparités régionales se creusent et le chômage reste dramatique. Ces facteurs combinés ont accéléré à la fois la fuite des cerveaux et la fuite des capitaux.

Ces troubles économiques surviennent à une époque de tensions graves entre le président Béji Caïd Essebsi et le Premier ministre Youssef Chahed, qui se sont intensifiées au cours des deux dernières années. Leur rivalité a mis à nu une vieille division entre les islamistes (principalement le parti An-Nahda) et les anti-islamistes (représentés par Nida Tounes, le parti du président), avec Chahed, originaire de Nida Tounes, qui s’appuyait sur la domination parlementaire du bloc islamiste rester en fonction.

An-Nahda fait partie de gouvernements de coalition depuis 2011, mais à partir de 2016, lorsque Chahed a pris la tête d’un gouvernement d’union nationale, le parti a travaillé dur pour renforcer son pouvoir en plaçant un nombre croissant de ses partisans à des postes de responsabilité dans l’administration publique. , des entreprises publiques et des bureaux et agences du gouvernement dans la capitale et les provinces. Ce faisant, il change en sa faveur la composition des réseaux de clientélisme contrôlant les ressources de l’État et l’accès au crédit, aux monopoles privés et aux oligopoles. Avec le temps, cela réduira inévitablement la prédominance économique du nord de la Tunisie côtier sur l’arrière-pays méridional. L’intensification de la lutte pour les ressources aggraverait encore le fossé entre islamistes et anti-islamistes [en Tunisie]. En mai 2018, An-Nahda a progressé lors des élections locales. Il a remporté 28% des sièges des conseils municipaux (contre 20% pour Nida Tounes), y compris dans toutes les grandes villes. Le mois suivant, il a pris en charge l’administration dans 36% des municipalités (contre 22% pour Nida Tounes). 

Cette victoire partielle a renforcé le poids politique du parti, modifié l’équilibre des forces vis-à-vis de son principal opposant et suscité des interrogations quant à l’accord tacite entre islamistes et anti-islamistes en place depuis les élections législatives et présidentielles de 2014. En vertu de cet accord non écrit, An-Nahda avait accepté moins de pouvoirs que son poids électoral ne le laisserait supposer, avec seulement trois ministères, aucun d’eux majeur; il avait également accepté de ne pas interférer avec les réseaux de favoritisme établis,

Cette démonstration de force électorale a suscité la réaction d’une coalition de personnalités influentes au sein du gouvernement, d’associations professionnelles et professionnelles et de syndicats, ainsi que de militants d’extrême gauche et de nationalistes arabes. Ils ont commencé à faire pression sur les ministères de l’Intérieur et de la Justice pour qu’ils classent le parti islamiste comme une organisation terroriste et demandent aux tribunaux militaires de le dissoudre et d’emprisonner certains de ses dirigeants. Ils ont également commencé à toucher l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis dans le but de solliciter le soutien de ces deux pays contre An-Nahda, dont le chef, Rached Ghannouchi, est une figure intellectuelle de premier plan parmi les Frères musulmans de la région, leur ennemi acharné. . L’absence d’une cour constitutionnelle pourrait plonger la Tunisie dans des eaux dangereuses. 

Les islamistes favoris des législatives

L’intensification de la lutte pour les ressources aggraverait encore le fossé qui sépare les islamistes et les anti-islamistes. Cela augmenterait également considérablement les tensions politiques et sociales en prévision des élections législatives et présidentielles qui auront lieu plus tard cette année, ce qui pourrait s’avérer décisif pour façonner le teint politique et économique du pays au cours de la prochaine décennie. En raison d’une scission dans le camp laïciste, de la popularité persistante d’An-Nahda parmi de larges couches de la population et de sa domination sur les institutions gouvernementales, le parti reste le favori pour remporter au moins les élections législatives. Même si ce scénario devait passer, le pouvoir des islamistes pourrait être circonscrit. Elle devra rassembler une coalition au pouvoir et, de manière optimale, voudra renoncer à ses ministères clés et maintenir son accord tacite avec les anti-islamistes

Cependant, d’autres scénarios sont possibles. Si les tensions se dissipaient avant les élections, la violence pourrait entraver le processus électoral. Cela pourrait inciter le président à déclarer l’état d’urgence prévu par la constitution, mais sans contrôle constitutionnel supplémentaire, cela pourrait remettre la Tunisie sur la voie du régime autocratique. Pour cette raison, il est essentiel que le Parlement établisse une Cour constitutionnelle, qui déciderait si l’état d’urgence peut être prolongé de trente jours après son entrée en vigueur. Le tribunal devrait avoir une composition politiquement diverse qui pourrait l’empêcher de souscrire à une telle démarche. En effet, dans ce scénario, l’absence d’une Cour constitutionnelle pourrait plonger la Tunisie dans des eaux dangereuses

LIRE AUSSI

L’AGENDA SOUHAITABLE DE L’UNION EUROPEENNE

L’UE est le principal partenaire commercial de la Tunisie et a fourni une aide financière importante au pays (entre 2011 et 2017, l’aide de l’UE à la Tunisie s’élevait à 2,4 milliards d’euros en subventions et en aide macrofinancière). Il est clairement dans l’intérêt de protéger la stabilité de la Tunisie, de fortifier l’un des seuls succès (sinon le seul) à résulter des soulèvements arabes, de freiner l’attrait du djihadisme auprès des Tunisiens et de limiter les migrations illégales vers l’Europe. Il s’ensuit que, malgré le rythme décevant des réformes économiques et politiques (réforme des retraites, réduction de la masse salariale du secteur public, amélioration du climat des affaires, transparence fiscale accrue, avancement des négociations sur l’accord de libre-échange approfondi et global,

En tant que principal partenaire commercial de la Tunisie et dans le cadre de sa politique européenne de voisinage, l’UE devrait:

  • Poursuivre son assistance macrofinancière malgré la lenteur du gouvernement dans la mise en œuvre des réformes nécessaires (réforme des retraites, réduction de la masse salariale du secteur public, amélioration du climat des affaires et de la transparence des finances, entre autres);
     
  • Encourager le gouvernement à donner la priorité aux réformes de l’administration publique, instaurer une plus grande transparence dans les nominations et les transferts dans le secteur public et à établir des règles claires régissant les relations avec les hauts responsables de l’administration – autant de mesures permettant d’éviter une nouvelle polarisation entre islamistes et anti-islamistes;
     
  • Encourager le Parlement à se mettre d’accord sur la création d’une cour constitutionnelle politiquement diversifiée afin de garantir son indépendance;
     
  • Résister aux tentatives de rétablissement d’un régime autoritaire, par exemple en conditionnant le maintien du soutien financier accordé à la Tunisie au respect de la Constitution par les pouvoirs législatif et exécutif.
Partages