Idriss Déby reçoit Macron mais poursuit la répression

Partages

Plusieurs responsables et militants de la Convention Tchadienne de Défense des Droits (CTDDH) ont été arrêtés à N’Djamena, voici une semaine, pour avoir participé la veille à une manifestation.

Tout va bien pour Idriss Deby. Le Président accueille chez lui lundi la conférence qui réunit Emmanuel Macron et ses quatre homologues du Mali, de Mauritanie, du Burkina Faso et du Niger. De quoi savourer son influence diplomatique acquise grâce à l’engagement de l’armée tchadienne dans la région.

Fruit de cette même dynamique, le Tchadien Moussa Faki Mahamat vient d’ailleurs d’être réélu  samedi soir à la tête de la Commission de l’Union africaine pour un mandat de quatre ans.  

Répression toute

Compte tenu de ces échéances diplomatiques, d’autres chefs d’état auraient un peu calmé le jeu. Telle n’est pas l’intention du Président tchadien, Idriss Pédy, qui poursuit sa politique répressive contre vents et marées. Voici huit jours, le secrétaire général de la CTDDH, Mahamat Nour Ahmed Ibedou, la trésorière du parti « Les Transformateurs » Fatimé Abdelkerim Soumaïla ont été interpellés, selon un communiqué diffusé par la CTDDH.

Une marche pacifique avait été organisée par « les partis politiques de l’opposition démocratique et des leaders d’organisations de la société civile responsables pour s’opposer à un 6e mandat d’Idriss Deby à l’occasion de l’élection d’avril.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un petit groupe d’hommes gazés par des lacrymogènes tirés par la police tchadienne, puis se réfugiant à l’intérieur de l’ambassade des Etats-Unis, où ils ont enregistré une déclaration vidéo.

D’après le communiqué, les personnes interpellées l’ont été à la porte de l’ambassade des Etats-Unis et ont été ensuite conduites  » à la direction des Renseignements Généraux. »

La CTDDH affirme  » que le régime dictatorial et répressif d’Idriss Déby n’a jamais autorisé depuis 2016 une marche pacifique organisée par les partis politiques de l’opposition démocratique et de la vraie société civile citoyenne non proches du pouvoir. » Elle déplore « le soutien aveugle du gouvernement français au pouvoir tchadien au nom de la lutte contre le terrorisme » et rappelle l’enlèvement et la disparition du professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh, arrêté il y a douze ans par les forces armées tchadiennes et dont le corps n’a jamais été retrouvé.

Partages

9 COMMENTS

  1. La France ne fait que perpétuer ses intérêts et maintenir le système occidental, attendre de cette nation un quelconque changement, c’est comme d’aller pêcher des poissons dans le désert !!!

  2. Là Révolution Tchadienne est en marche ! Notre peuple sort massivement pour dire non à l’injustice et aux complicités avec le dictateur Idriss Déby. Justice au Tchad. Pas de justice, pas de paix au Tchad ! Total soutien au Tchad et aux tchadien-ne-s. Vive la liberté, la liberté où la mort, nous vaincrons !

  3. Là Révolution Tchadienne est en marche ! Notre peuple sort massivement pour dire non à l’injustice et aux complicités avec le dictateur Idriss Déby. Justice au Tchad. Pas de justice, pas de paix au Tchad ! Total soutien au Tchad et aux tchadien-ne-s. Vive la liberté, la liberté où la mort, nous vaincrons !

  4. Pourtant il semble pas trop vieux à 68 ans seulement à cause de l’usure due aux temps et à la maladie. Nous souhaitons que la raison prenne le pas sur la passion car un départ anticipé va précipiter le pays dans une forme de somalisation et de piraterie. Il faut réformer l’armée avant toute chose ! Aucun élu du peuple n’aurait les mains libres pour gouverner sans la protection d’une armée républicaine et équilibrée dans le temps

  5. Ce sont les pantins de la France. Elle crée des rébellions, elle expédie sa force de légion étrangère et invite ses obligés africains à envoyer leurs troupes les couvrir. Le but ultime est de dire en face du monde que les africains sont incapables de s’administrer et la suite est connue.

  6. Longue vie mon président ! Dis plutôt, nous ne voulons pas de l’impérialisme français, mais pas de Déby ! En avant notre maréchal, guidam basse !

  7. Idriss Déby, dégage, nous voulons étudier chez nous. Non au sixième mandat. France get away from Africa. Nous ne voulons plus de l’impérialisme français en Afrique.

Comments are closed.