« Hold-up à la grande mosquée de Paris! »

Partages

Le coup de force qui a permis à un avocat contesté, maitre Hafiz, d’être nommé à la tète de la Grande Mosquée de Paris (GMP), avec l’aide des réseaux de l’ex DRS (services algériens), suscite l’indignation croissante dont témoigne l’appel lancé par le Collectif des fidèles de la GMP.

« Le mépris d’une mafia qui sévit depuis des décennies à la grande mosquée de Paris ose encore agir en toute impunité contre les intérêts des musulmans de France . Après près d’un An de Hirak on croyait ces méthodes de « Voyous »révolues .       

La nomination inattendue du « nouveau » recteur, Maitre Hafiz, est absolument illégale, il s’agit d’un homme connu pour ses positions politiques à la solde du clan du président déchu Abdelaziz Bouteflika. Son attitude démontre un un mépris absolu pour les règles de droit et une insulte à l’ensemble de la communauté musulmane de France .       

La nécessité de l’exemplarité

Ni théologien , ni islamologue, et encore moins intellectuel ,cet homme s’autorise à usurper la noblesse de cette Fonction. Face à cette indignation collective et au silence des autorités françaises.  Nous refusons  que cette « Bande Mafieuse » souille la vocation de la Grande Mosquée de Paris censée incarner un message universel de Foi, de respect, de vérité, d’honnêteté et d’exemplarité loin de toute dissension (ou fitna).

 Pour toutes ces raisons, nous invitons tout les fidèles à exiger immédiatement le départ du « nouveau recteur » ainsi que les personnes qui ont participé et cautionné cette manœuvre honteuse. Il est Urgent qu’ils dégagent tous  car la grande Mosquée de Paris n’est le lieu de leur magouille ni leur caserne !  »        

Sauvons notre Mosquée.     

                 

Partages
Previous articleL’opposant Roland Nitou s’en prend au cortège de Sassou
Next articleLe pouvoir gabonais face à la justice française
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)