Guinée Equatoriale, Obiang en quête d'un successeur à sa botte

Partages

A la suite des révélations sur une tentative de coup d'Etat, fin 2017, le doyen des chefs d'Etat africains, le président équatoguinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo cherche une sortie honorable sans risque judiciaire.

Une chronique de Azza Boukhris

Plusieurs responsables de la sécurité, des diplomates et des magistrats de Guinée Equatoriale ont été limogés. Évidemment, comme à chaque annonce de tentative de coup d'Etat contre lui, le vieux dictateur en profite pour purger ses proches devenus encombrants et pour  museler encore davantage son opposition.

La succession en point de mire
La Première dame Constancia Mangue Nsue Okomo, qui a amassé une fortune colossale dans des propriétés foncières, l'immobilier en Europe et l'import export, accentue sa pression sur son époux Teodoro Obiang Nguema Mbasogo pour placer son fils aîné, Teodoro Obiang Nguema Mangue dit Teodorin qui est en pôle position pour devenir le troisième président de Guinée équatoriale. Ce dandy déjanté, coutumier des frasques, surtout en France et aux Etats-Unis d'Amérique, a des démêlés judiciaires à l'étranger, comme l'affaire des biens mal acquis en France, mais qui n'ont aucune prise sur son ambition présidentielle et l'intention de ses parents.
Un remaniement gouvernemental éclairant 
Le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a signé une série de décrets, du 6 au 9 fevrier 2018, afin de former un nouveau gouvernement au nombre extravagant de 87 membres avec un premier ministre, trois Vice-premier ministres,  25 ministres, 28 Vice-ministres, 10 ministres délégués et 30 secrétaires d'Etat. Le grand rival de Teodorin, son demi-frère, Gabriel Mbega Obiang Lima, a perdu beaucoup d'atouts dans la course à la succession présidentielle. Il est certes encore ministre des mines, de l'énergie et des hydrocarbures, mais il occupe le 17 ème rang ministériel alors que Teodorin est plus que jamais le premier Vice-président du régime familial. Plusieurs des proches de "Gaby" ont été victimes du remaniement. Agapito Mba Mokuy n'est plus ministre des affaires étrangères, poste qu'il occupait depuis huit ans. Il est relégué aux fonctions honorifiques de troisième Vice-premier ministre aux droits de l'homme.
La disgrâce frappe également Miguel Engango Obiang Eyang, qui est écarté du ministère des Finances au bénéfice de Lucas Abaga Nchama, ancien gouverneur de la BEAC. Le frère cadet de la Première dame, Candido Nsue Okomo n'est plus Secrétaire d'Etat, alors qu'en 2015 il était encore le patron de la société nationale tentaculaire GE Petrol. Le clan du couple présidentiel s'est renforcé et l'opposition est de plus en plus traquée. La Guinée équatoriale des Teodoro Nguema ressemble, à certains égards, à Haïti des Duvalier. Teodorin sera-t-il un nouveau "Bébé Doc" ?
Vers un prochain passage de témoin ?
Âgé de 75 ans le président équatoguinéen a été réélu pour 7 ans en 2016. Il redoute de plus en plus de subir le sort de son oncle, Macias Nguema, qu'il avait renversé et condamné à mort. Il hésite également à suivre l'exemple de son ami Paul Biya. La nomination d'un nouveau président du Conseil constitutionnel est peut être le signe qu'une succession dynastique pourrait avoir lieu avant les échéances électorales normales prévues en 2023.
Partages