Gouvernement algérien, le puissant général Lachkhem place son gendre

Partages

Un nouveau sous ministre aux productions culturelles, Salim Dada, nest autre que le gendre du puissant général Lachkhem. Ce qui constitue un classique renvoi d’ascenseurs de la part du nouveau président algérien, Abdelmajid Tebboune.

Mondafrique avait raconté comment le puissant responsable des transmissions au sein du ministère de la Défense, le très influent général Lachkhem, avait grandement contribué à l’élection du nouveau président algérien, Abdelmajid Tebboune. Lequel n’est pas un ingrat et a fait nommer le gendre du haut gradé, le compositeur Salim Dada, aux fonctions de secrétaire d’Etat aux productions culturelles. Un mélange des genres? Cela y ressemble.

Enfants gâtés du régime

Salim Dada est un compositeur et musicologue reconnu qui organisait encore des concerts de musique andalouse à la Sorbonne en 2018. « Salim a un vrai talent, remarque un producteur d’événements musicaux à Paris, mais il est vrai qu’il a toujours bénéficié de nombreux soutiens en Algérie ».

Ce qui est cocasse est que Salim Dada avait deja bénéficié à l’épooque de Bouteflika de nombreuses subventions publiques. Le ministre de la Culture de l’époque s’appelait Azzedine Mihoubi, qui deviendra, ces dernières semaines, le challenger malheureux de Tebboune lors des élections présidentielles de décembre.

Mauvais perdant, Mihoubi a quitté l’Algérie pour l’Espagne. En revanche, Salim Dada a préféré renoncer à Paris pour Alger. La roue tourne !

Les gouvernements se succèdent en Algérie, mais apparemment les « fils de » conservent leurs places au soleil.

Mondafrique a tenté plusieurs fois de joindre Salim Dada, qui n’a pas souhaité apparemment répondre à nos questions

Partages