Rwanda, plainte contre BNP-Paribas

Partages

Plusieurs ONG (Sherpa, le CPCR et Ibuka France) ont déposé plainte contre BNP Paribas pour complicité dans le génocide rwandais, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. D’après les accusations portées devant  la justice, ce leader des banques françaises aurait transféré pendant le génocide et alors que l’embargo sur les armes avait été adopté par l’ONU un mois plus tôt, 1,3 million de dollars d’un compte de sa cliente, la Banque Nationale du Rwanda, sur le compte suisse d’un courtier d’armes sud africain, M. Ehlers. M. Ehlers se serait alors rendu avec un colonel Hutu, M. Théoneste Bagosora, aux Seychelles, pour conclure, le 17 juin1994, la vente de quatre-vingt tonnes d’armes, qui auraient ensuite été acheminées à Gisenyi au Rwanda, via Goma. Au cours de son audition devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR), le colonel Bagosora a confirmé que des armes arrivées des Seychelles par Goma auraient servi à « donner un coup de main à Kigali »1.

Partages
Previous articleAlgérie : des diplomates aux abonnés… absents 
Next articleLe Qatar sur le banc des accusés !
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)