Gambie : aucune impunité pour Yahya Jammeh

Partages

La Fondation pour l’Egalité des Chances en Afrique appuie les victimes gambiennes dans leur quête de justice contre l’ancien président Yahya Jammeh

 (Banjul, le 21 octobre 2017) – Il est fondamental que les survivants et les victimes du régime de Yahya Jammeh puissent traduire en justice leur ancien président, ainsi que les principaux responsables des crimes commis, a déclaré aujourd’hui la Fondation pour l’Egalité des Chances en Afrique. La Fondation vient de participer à une session stratégique à Banjul créant une campagne internationale pour traduire en justice Yahya Jammeh et ses principaux complices.

Plus jamais ça !

Plusieurs organisations non gouvernementales étaient présentes pour écouter les demandes des victimes et des survivants. La campagne, qui sera dirigée par des acteurs gambiens, notamment l’association des victimes et l’Institute for Human Rights and Development in Africa (IHRDA), est soutenue par plusieurs organisations internationales comme Human Rights Watch, TRIAL International, Article 19, Guernica 37, Aids-Free World, EG Justice, et la Fondation pour l’Egalité des Chances en Afrique.

« Cette campagne envoie un message fort : aucun dictateur africain, aucun dirigeant soupçonné de crimes contre l’humanité doit se croire au-dessus des lois ou à l’abri de la justice », a dit Mohamed Bouamatou, président de la Fondation. « La Fondation se tient prête à soutenir les mouvements menés par les victimes de graves crimes visant à poursuivre en justice leur ancien dictateur. Nous lutterons pour que plus jamais en Afrique nous puissions voir ces crimes et ces pillages être commis par de petits clans au pouvoir ».

Un sombre bilan

Yahya Jammeh était le président de la République de Gambie de 1994 à janvier 2017. Sous son régime des actes systématiques de torture contre les opposants politiques et les journalistes, mais également des exécutions extrajudiciaires, des détentions arbitraires et des disparitions forcées ont été commis. Après avoir perdu les élections présidentielles de 2016 tout en refusant de reconnaitre sa défaite, Yahya Jammeh est finalement parti en exil en Guinée équatoriale à la suite de la pression internationale et de la menace d’une intervention militaire régionale.

Le but de la campagne est l’organisation d’un procès juste et équitable de Yahya Jammeh, ainsi que de ceux qui portent la plus grande responsabilité des abus commis par son régime. La coalition a déclaré qu’elle chercherait aussi à renforcer la voix des victimes dans l’actuel mécanisme transitionnel et aiderait à récupérer les biens et avoirs de Jammeh.

Des biens mal acquis

Outre un soutien financier au long terme, la Fondation participera aux enquêtes sur les crimes de masse et aidera les autorités gambiennes à identifier, geler et récupérer les biens qui auraient été pillés par l’ancien président Yahya Jammeh. Ces détournements, susceptibles d’endetter le pays, pénalisent les générations futures.

« Rarement crimes de sang et crimes économiques semblent avoir été autant liés que pendant le régime de Yahya Jammeh », a déclaré Maître William Bourdon, président de Sherpa et membre du conseil d’administration de la Fondation pour l’Egalité des Chances en Afrique. « Ces avoirs, soupçonnés d’être le fruit de la corruption et des violations des droits de l’Homme, doivent être rendus au peuple gambien ».

ENCADRE: DES ENTREPRENEURS CITOYENS

La Fondation pour l’Egalité des Chances en Afrique est une organisation philanthropique reconnue d’utilité publique par arrêté royal belge en 2015. Elle a été créée par le philanthrope mauritanien Mohamed Bouamatou et des avocats spécialisés dans la défense des droits de l’Homme. Elle a pour mission principale de renforcer, en Afrique, l’Etat de droit, la démocratie et l’égalité des chances par la lutte contre la corruption et contre l’impunité.

« Il est tout à fait nouveau qu’un philanthrope africain soutienne activement une campagne d’ONG de défense des droits de l’Homme se battant pour des poursuites pénales contre un ancien chef d’Etat », a expliqué Henri Thulliez, directeur de la Fondation, qui a participé au séminaire à Banjul. « Par son soutien aux victimes du régime de Yahya Jammeh, Mohamed Bouamatou montre qu’il est temps pour les entrepreneurs africains d’encourager ces mouvements citoyens de lutte contre l’impunité et contre les auteurs de détournements d’argent ».

La Fondation soutient financièrement Human Rights Watch, TRIAL International, l’IHRDA et le Gambia Center for Victims of Human Rights Violations.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

 

A Banjul, Henri Thulliez (français, anglais) : h.thulliez@egalite-chances-afrique.org,  @HenriThulliez

A Paris, William Bourdon (français, anglais) ; w.bourdon@bourdon-associes.com,

Partages