Gabon : Les recettes d’Ali Bongo Ondimba pour booster sa communication

Pas forcément populaire auprès des Gabonais, Ali Bongo Ondimba a retrouvé dans l’organisation des manifestations internationales à Libreville un bon créneau pour vendre l’image de son pays à l’extérieur

Partages

Après la quatrième édition du New York Forum Africa (NYFA), rendez-vous économique organisé par Richard Attias couru par le monde des Affaires mais de plus en plus décrié par les Gabonais,  qui s’est tenue du 28 au 30 août dernier, Libreville s’apprête à accueillir un autre raout de dimension internationale. Il s’agit d’un Colloque international sur la gouvernance politique et économique organisé du 9 au 10 octobre dans la capitale gabonaise par le gouvernement en partenariat avec le quotidien français Libération, Transparency International (TI), Reportes sans frontières (RSF) et Amnesty international.

Remous à Libération

Sont attendus, côté Gabonais, les leaders de la société civile dont Marc Ona Essangui, secrétaire exécutif de l’ONG Brainforest, des syndicalistes et l’opposition politique. Côté français, le patron de Reporters sans frontières, Christophe Deloire, le président de Transparency international, Daniel Lebègue et l’ancien ministre de  la Défense de François Mitterrand, Pierre Joxe. Mais à Libé, une partie de la rédaction est furieuse contre ce partenariat qui a toutefois été déjà signé. Preuve que l’événement est entré dans sa phase finale, une campagne d’affichage doit commencer lundi prochain à Libreville. Selon nos sources, Libération devrait tenir ses engagements, en dépit des réserves de certains journalistes de la rédaction. Après le passage en juillet dernier de Lionel Messi, le NYFA, Ali Bongo Ondimba  réussit grâce au partenariat avec RSF, Libé et Transparency un excellent coup de com.

Partages