Gabon, les familles des disparus demandent justice

Partages

Deux ans et demi après les violences liées à la présidentielle de 2016 au Gabon, des familles de victimes réclament toujours justice, malgré la décision de la Cour pénale internationale (CPI) de ne pas ouvrir d’enquête sur ces événements.

Une photo de son petit frère et une plainte auprès du procureur de la République à la main, Serge Tarcisius Mbadinga n’a plus d’espoir de retrouver son frère, Gildas Tchinga.
Cet ébéniste de 33 ans a disparu le 31 août 2016 « au QG de (l’opposant) Jean Ping », selon l’avis de recherche que M. Mbadinga affiche sur son téléphone.
« Pas de suite: comment voulez-vous que justice soit faite? », déplore ce seul témoin qui a accepté de parler à visage découvert à l’AFP des violences post-électorales d’août et septembre 2016.

La CPI botte en touche

Depuis plus de deux ans, la justice gabonaise n’a en effet pas donné suite aux plaintes des familles des victimes, et le gouvernement a toujours refusé toute demande d’enquête indépendante, en dehors de celle de la CPI.
Saisie par le gouvernement et l’opposition, la CPI s’était finalement déclarée incompétente en septembre 2018 et n’avait pas ouvert d’enquête sur ces violences.
Les éléments à la disposition de la CPI ne permettaient pas d’évoquer des « crimes contre l’humanité » ou « d’incitation au génocide », comme inscrit sur les plaintes, selon la Cour.
La CPI notait cependant que ses conclusions « ne sauraient en aucun cas masquer la gravité des actes de violence et des violations des droits de l’Homme qui semblent avoir été commis au Gabon ».

Violences sans précédent

Manifestations, interpellations par centaines, incendie partiel de l’Assemblée nationale par des manifestants: après l’annonce de la réélection du président Ali Bongo Ondimba le 31 août 2016, le Gabon avait connu des violences sans précédent.
Un assaut avait été donné par la Garde républicaine dans la nuit du 31 août au 1er septembre contre le QG de Jean Ping, qui revendiquait la victoire, pour y débusquer « des personnes armées », selon Alain-Claude Bilie By Nze, alors porte-parole du gouvernement.
En septembre 2016, les forces de sécurité patrouillaient encore dans les rues, se souviennent des témoins.
Des « gens habillés en noir (…) ont commencé à tirer sur les gens dehors, et mon petit frère était dehors », se rappelle ainsi une jeune Gabonaise qui, sous couvert d’anonymat, affirme qu’il a été tué sur le coup.
Une autre femme présente au QG de Jean Ping, dit y avoir compté « une quinzaine de corps ». Elle-même affirme avoir été « bastonnée » et « déshabillée » par des forces de sécurité lors d’une manifestation.
Annie Léa Meye, alors militante de l’opposition, affirmait dans un reportage sur une chaîne internationale que l’opposition avait compté « vingt-neuf décès, dont vingt-trois clairement identifiés » dans l’attaque du QG de l’opposant.
Une liste de 31 morts, tous authentifiés par leurs familles, a été compilée par des organisations de la société civile, qui affirment que de nombreux corps n’ont pas pu être retrouvés et ont été enterrés secrètement dans des « fosses communes »

LIRE AUSSI

Partages