France/Iran, renforcement de la coopération anti terroriste

Mondafrique
Partages

Le journal français « l’Opinion » révèle qu’un attentat a pu être évité en France en juin dernier grâce à la coopération entres services français et services israéliens

C’est une fuite dont les autorités françaises se seraient bien passées. En pleine Conférence des ambassadeurs, l’agence Reuters a révélé récemment le contenu d’une note interne du Quai d’Orsay, datée du 20 août, recommandant aux fonctionnaires français de ne pas se rendre en Iran, en raison du « durcissement » du régime à l’égard de Paris. Rédigé par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères Maurice Gourdault-Montagne, ce document à usage interne fait explicitement référence à « l’affaire de Villepinte », une tentative d’attentat fin juin.

Si cette affaire est tellement sensible, c’est – comme l’Opinionpeut le révéler – en raison de l’implication des services de renseignement israéliens qui ont aidé la France, la Belgique et l’Allemagne à déjouer cet attentat. La collaboration étroite entre Israël et les services occidentaux contre l’Iran est un sujet sur lequel la diplomatie française n’aime guère s’étendre. D’où l’embarras de Paris sur ce dossier et la colère sourde après la diffusion de cette note confidentielle.

L’OMPI dans le viseur des terroristes

Le samedi 30 juin, un couple de Belges d’origine iranienne, Asmir et Nasmeh S., est arrêté par la police belge. A bord de leur voiture, on découvre des explosifs (500 grammes de TATP), ainsi qu’un mécanisme de mise à feu. Le couple âgé d’une trentaine d’années, avait, semble-t-il, pour projet de se rendre à Villepinte, au nord de Paris, afin d’y commettre un attentat contre l’Organisation des moudjahidines du peuple iranien (OMPI).

Partages