Faire la lumière sur un massacre d’écoliers au Cameroun

Partages

Human Rights Watch demande une enquête crédible et efficace sur le massacre de 7 enfants, tués par balles dans une école privée de la région anglophone du sud-ouest du Cameroun le 24 octobre 2020.

L’ONG de défense des droits de l’Homme presse les autorités camerounaises de préserver les preuves et de requérir l’appui technique et l’expertise médico-légale des Nations unies et de l’Union africaine pour que les responsables de l’attaque répondent de leurs actes.

Le gouvernement a accusé les séparatistes armés, qui ont appelé à un boycott de l’éducation dans les régions anglophones depuis 2017, tandis que le vice-président du « Ambazonia Interim Government», l’un des principaux groupes séparatistes, accusait des soldats camerounais. Quatre jours après l’attaque, le ministre de la Communication a annoncé qu’un combattant séparatiste faisant partie des assaillants avait été «neutralisé.»

« Ce massacre est un sinistre rappel du lourd tribut payé par les enfants, et des entraves à leur éducation, dans le cadre de la crise dans les régions anglophones du Cameroun », a déclaré Ida Sawyer, directrice adjointe de la division Afrique de Human Rights Watchn dans un communiqué publié le 2 novembre.

Vers 11 heures du matin le 24 octobre, au moins 9 hommes armés sont arrivés à moto à la « Mother Francisca International Bilingual Academy » (Académie Internationale Bilingue Mère Francisca), dans le quartier densément peuplé de Fiango, à Kumba. Ils ont fait irruption dans une salle de classe du deuxième étage et ouvert le feu sur les élèves, continuant à tirer alors que les enfants terrifiés prenaient la fuite et se jetaient en criant dans les escaliers. En plus des sept enfants tués, 13 autres ont été blessés, rapporte Human Rights Watch. .

« Ce qui s’est passé à Kumba est la dernière d’une série d’attaques choquantes contre les enfants et l’éducation dans les régions anglophones du Cameroun », a déclaré Ida Sawyer. « Le gouvernement doit faire davantage pour permettre aux enfants d’apprendre en toute sécurité. Les autorités doivent s’assurer que les responsables du massacre de Kumba répondent de leurs actes, dissuader toute nouvelle attaque et garantir le droit fondamental des enfants à l’éducation »

Depuis 2017, plusieurs écoles ont été attaquées, des centaines d’élèves enlevés, d’autres agressés ainsi que leurs enseignants, pour n’avoir pas respecté les consignes de fermeture des écoles lancées par les groupes séparatistes armés. Les forces gouvernementales ont également été impliquées dans un incendie criminel dans une école et ont commis d’autres graves violations des droits humains contre des enfants. Selon les Nations unies, 81% des enfants n’ont pas été scolarisé l’année dernière dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest.

Partages