Exclusif, la déposition du président Gbagbo au procès de Bouaké

Partages

Dans les articles qui ont rendu compte, le mois dernier, du procès devant la cour d’assises de Paris du bombardement de  Bouaké en 2004, il manquait le témoignage du principal responsable politique de la Cote d’Ivoire à l’époque, l’ex président Laurent Gbagbo qui s’était exprimé en 2014 depuis la Haye durant l’instruction de l’affaire. Le voici, tel que Mondafrique en a eu connaissance ! 

Un article de Michel Galy

La situation était tendue au Palais présidentiel ivoirien, ce 6 novembre 2004, quand on annonça les morts et les blessés français touchés par un bombardement meurtrier de deux mystérieux avions. L’incompréhension était encore plus totale quand on assista ensuite à  la destruction de toute la flotte ivoirienne, hors de toute légalité internationale. Soixante chars français encerclaient la résidence présidentielle à Abidjan.

A chaque épisode de cette quasi guerre civile, les militants pro Gbagbo descendaient dans la rue pour sauver le régime, d’autant que les rumeurs faisaient état d’une tentative d’abattre le président ivoirien.

Circulez, rien à voir 

L’arrestation àLomé des pilotes biélorusses au Togo aurait pu expliquer l’énigme de ce bombardement Le refus de toutes les autorités de Paris de les interroger, et à fortiori de les inculper, révèlait une probable manipulation franco–française qui aurait très mal tourné. Encore aurait-il fallu que les anciens dirigeants français, Dominique de Villepin et Michèle Alliot-Marie, convoqués par le tribunal, commencent à livrer leurs secrets. Ce qu’ils se sont bien gardés de faire 

« LE COMPLOT» DECRIT  PAR LE PRESIDENT GBAGBO DANS SON TEMOIGNAGE

« On m’annonce que l’ambassadeur américain et l’ambassadeur français veulent me voir. Ils m’annoncent qu’il y a eu 9 morts français et un mort américain. Aussitôt qu’ils ont fini de parler, j’appelle mon ministre de la Défense,je discute avec lui, et c’est là que je comprend qu’il y a eu une manipulation. Après une telle affaire il faut enquêter immédiatement. Je reconvoque le même soir mon chef d’état major et le Commandant de l’armée de l ‘air et je leur dis qu’ils sont suspendus de leur fonction à cause de ce qu’il vient de se passer à Bouaké.(…)

J’appelle le ministre de la Défense qui m’amène le Procureur des armées- qui est un militaire . Je leur dis de tirer cette affaire au clair au plus tôt.(…)

La procédure est lancée. A ma grande surprise, les autorités qui sont à Yamoussoukro m’appellent et me disent que les soldats français présents là bas ont bombardé les deux Sukkoi gouvernementaux et détruit les hélicoptères de transport basés dans la résidence présidentielle qu’ils ont envahie.

A Abidjan, les. militaires français envahissent l’aéroport et cassent les hélicoptères avec des haches. Ça c’est le samedi 6. A ces nouvelles, les rues sont envahies, les ivoiriens protestent..

Le dimanche, les soldats français qui sont basés à l’intérieur du pays , arrivent avec des blindés à Abidjan,canons en l’air. On essaie de calmer la situation  tant bien que mal. Le samedi, Barnier m’avait appelé pour qu’on fasse un communiqué commun pour calmer la situation.A la fin  de la journée, il me semble que tout était sous contrôle.(…)

A une heure du matin (…), il y avait plus de 60 chars français qui encerclaient ma résidence.De nouveau les gens descendent dans la rue en entendant la rumeur que les français sont venus me tuer.Il y a une grande agitation. Le lendemain les chars vont se retirer. Poncet m’explique que les chars se seraient perdus. Il réitère cette explication lors d’un repas le lendemain où se trouvent Mamadou Koulibaly , Président de l’Assemblée nationale, et Doué.

Quand le Ministre de la Défense et le procureur sont allés voir les français pour enquêter, Poncet s’y est opposé. Nous demandons une enquête et le Général français dit non. Je pensais que les français auraient pu faire l’enquête aussi car il y avait des gendarmes français qui sont OPJ  à Abidjan.

Le dimanche soir, le Lidec vient me voir (…) et me dit que les conducteurs biélorusses étaient aux mains de l’armée française , je bondis de joie. On allait enfin avoir des informations.J’apprends 4 à 5 jours après qu’ils ne sont plus là. Je demande aux autorité françaises une copie des PV pour que je sache ce qu’ils ont dit et ce qui s’est passé. Je n’ai jamais vu une ligne.

Les français les auraient eus entre leurs mains et les auraient accompagnés à la frontière du Ghana pour leur faire quitter le pays. Ils traversent le Ghana et se trouvent au Togo. Le ministre de l’intérieur togolais les arrête et il remue ciel et terre, appelle toutes les instances françaises à Paris pour dire qu’il les détient et qu’il les met à disposition des autorités françaises.

Pendant des jours le ministre togolais, alors que le gouvernement togolais n’a jamais montré une quelconque sympathie à notre égard, veut les remettre aux français car les togolais ont compris qu’il y avait eu un complot contre moi.Les français refusent de les prendre. Je me demande quel est le rôle des biélorusses dans le complot ? »

DEPOSITION PRESIDENT GBAGBO PROCES DE BOUAKE (extrait)

en présence de la juge Kherys, de MM°. Balan et Altit p.7, 28 avril 2014

Partages