Entre Moscou et Alger, des relations plus complexes qu’on ne le croit

La visite d’Emmanuel Macron à Alger à la fin du mois d’août a bousculé les autorités algériennes dans leurs relations redevenues excellentes avec la Russie. Le déploiement sécuritaire et ministériel français qui a accompagné le déplacement du président français avait pour but de solliciter l’aide algérienne pour stopper l’avancée russe en Afrique de l’Ouest et son déploiement au Mali. Entre Paris et Moscou, le coeur de l’Algérie balance !

La diplomatie algérienne, prise en tenaille entre la France et la Russie, a coupé la poire en deux. Lors de sa visite de trois jours à Alger voici un mois, Emmanuel Macron n’a pas obtenu d’avancée significative de la position  prudentE de l’Algérie sur le dossier ukrainien. Sur l’Afrique en revanche, le Président Tebboune a déclaré publiquement: « La France première puissance européenne et membre du Conseil de Sécurité de l’ONU et l’Algérie, l’une des premières puissances africaines, devraient agir ensemble dans beaucoup de domaines dans l’intérêt de l’Afrique. Ce rapprochement va nous permettre d’aller très loin. »

Un signe qui ne trompe pas, une réunion s’est faite avec la présence des deux présidents et tous les services de sécurité concernés et du chef d’état-major. Une première ! 

Cette déclaration met un terme les rumeurs sur d’éventuelles aides de l’Algérie à la société militaire privée Wagner au Mali, Alger qui voyait déjà d’un mauvais œil l’activité de cette société de mercenaires en Libye ne se tiendra pas à ses côtés.

Une histoire d’amour tourmentée


Reste la relation très particulière et ancienne qu’entretiennent les militaires algériens avec les Russes. Encore que, contrairement à un cliché facile, les rapports entre Alger et Moscou ne sont pas et n’ont pas été toujours cordiaux. Historiquement, l’Algérie s’était rapprochée des thèses non-alignées Yougoslaves et essayait de maintenir de bonnes relations avec les deux camps.​


L’URSS n’avait soutenu la Révolution algérienne que tardivement, Krouchtchev voulait ménager le Général De Gaule et le conforter dans sa troisième voie. Ce ne fut que vers 1960 qu’il y a eu reconnaissance du Gouvernement provisoire de la République Algérienne (GPRA) par Moscou et un début de coopération, notamment dans les domaines militaires et du renseignement. Cela donnera la première génération de marins, d’aviateurs et d’officiers supérieurs de l’Armée Nationale Populaire et les premières promotions des services de renseignements de l’Algérie indépendante. Une promotion, appelée « Tapis Rouge », comprendra même l’encadrement de la « Sécurité militaire » qui perdurera jusqu’aux années 2000.

La clarification des années 1970-1980


Très tôt l’armée algérienne opte pour le modèle du Pacte de Varsovie pour se construire un système de défense sans risque de rupture des approvisionnements comme cela aurait pu être avec les USA. Lesquels ont fréquemment utilisé l’armement comme instrument de sanctions politiques envers ses alliés du tiers-monde.

À partir des années 70 et en particulier après la guerre du Kippour, la relation entre l’Algérie et l’URSS a connu une clarification. Trois grand axes sont apparus.

-l’excellence des relations entre les deux armées dans le domaine de la formation et de l’équipement

-le refus systématique de l’Algérie d’accueillir une base militaire soviétique sur ses terres, malgré l’insistance de Moscou.

la poursuite des achats d’armes de l’ANP auprès du complexe militaro-industriel soviétique perdure après l’effondrement de l’URSS.


Il reste que les services de renseignement algériens ont pris leurs distances avec leurs homologues du KGB . Les intérêts de la Sécurité Militaire (SM) privilégiaient à l’époque les relations avec la France et la gestion de la nationalisation du pétrole.

L’irruption des services algériens durant les années 80 dans les conflits au Moyen-Orient et le conflit ouvert entre la SM et le Mossad, n’ont pas favorisé les liens entre les Algériens et les soviétiques. La guerre d’Afghanistan relance un peu la coopération. Les soviétiques étant très intéressés par l’infiltration des groupes de volontaires arabes qui ont rejoint le Pakistan afin de faire le coup de feu aux côtés des Mujahidines Afghans. Mais après les attentats du 11 septembre 2001, les services algériens font le pari d’un rapprochement avec la DST en France et la CIA après le 11 septembre 2001.

 

Une relance de la coopération en 1995


Face à de nouveaux défis après l’invasion de la Crimée et l’instauration de sanctions internationale contre la Russie, Poutine a saisi l’opportunité du départ en 1995 du puissant patron de l’ex Département du renseignement et de la sécurité (DRS) le général Mohamed Mediène ,alias Toufik, pour retisser des liens.

La visite en janvier 2018 en Algérie de Nikolai Patrushev, patron du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie et coordinateur de ses services de renseignements, a été le coup de départ d’un renouveau entre les services des deux pays. Coopération dans le domaine de la formations, mise en place d’une base de données commune, échange d’informations et unifications des procédures ont eu lieu suite à cette visite. La Russie étant à la recherches d’alliés sur les nombreux fronts qu’elle a ouverts, en Afrique à travers le travail de Wagner en Centrafrique, au Soudan, en Libye puis au Mali et d’appuyer sa présence en Syrie.


Patrushev jouera un rôle important avec d’autres leaders politiques russes pour une réconciliation entre les deux pays. On notera le rôle important joué par Valentina Matvienko, Présidente de l’assemblée fédérale Russie, qui avait effectuée deux visites en Algérie, Alexander Mikheev, cheville ouvrière de la vente d’armes à l’Algérie et grand facilitateur et défenseur de ses achats stratégiques et Dmitri Shugaev, Directeur du Service fédéral de coopération militaro-technique, qui a rang de Ministre et qui a joué le discrèt rôle d’intermédiaire entre Vladimir Poutine et les deux patrons successifs de l’ANP, Ahmed Gaid Salah et Saïd Chengriha. Cette intensification de la relation politique, voulue par Moscou atteindra son pic en 2020 avec l’invitation officielle et le programme spécial de feu Abdelkader Bensalah, alors Président par intérim aux cérémonies du 75 ème anniversaire de la victoire à Moscou. Bensalah n’avait pas pu s’y rendre à cause de son état de santé. La visite de Abdelmadjid Tebboune, prévue pour le mois de décembre à Moscou devrait, selon les indiscrétions d’officiels russes, marquer ce processus de rapprochement.

Le dossier épineux du gaz


Aux yeux des Russes, le dossier du gaz fait de l’Algérie un concurrent, voir un ennemi. L’Algérie a dès les années 70 fait irruption sur le marché du gaz et de manière prémonitoire a investi dans la liquéfaction ainsi que dans des gazoducs reliant l’Europe à l’Afrique. Cette stratégie avant-gardiste s’est révélée très menaçante pour les intérêts russes et l’utilisation par Moscou du gaz comme arme dans la poursuite de sa politique étrangère.

Dans cette compétition, l’Algérie a fait bande à part face à la Russie. Le récent rapprochement entre l’Algérie et l’Italie et les promesses algériennes d’augmentation des livraisons de gaz vers ce pays sont autant d’accords qui mettent à mal  la Russie dans son bras de fer avec l’Union Européenne. L’Algéri, bouée de sauvetage pour l’Union Européenne cet hiver.-, ne s’inscrit évidemment pas dans la guerre que mène aujourd’hui Vadimir Poutine 


La relation entre l’Algérie et la Russie connait quelques sérieux désaccords: la présence russe en Libye; le choix du Président Tebboune d’apporter un soutien à la Turquie dans le conflit libyen; la présence de la société Wagner sur l’ensemble du Mali.

Les BRICS, qui représentent 40% de la population mondiale et qui regroupent notamment la Russie et la Chine, militent pour un monde multipolaire qui ne serait plus dominé par les puissances occidentales

Autre motif de tensions avec la Russie, l’Ukraine. L’Algérie qui n’a jamais reconnu la souveraineté russe sur la Crimée, continue à abriter une ambassade d’Ukraine et préférerait ne pas jouer les acrobates lors des votes de résolutions de l’ONU. Alger se retrouve devant le choix difficile de répondre aux appels du pied de la France, de l’Italie et des Etats-Unis, tout en  consolidant ses relations avec la Russie et en rejoignant une économie mondiale alternative autour des Brics (1).

Le président Abelmadjid tebboune devra trancher après sa visite à Moscou à la fin de l’année.

(

2 COMMENTS

  1. Poutine n’était pas président de la fédération de Russie en 1995 et Toufik n’a été mis de côté qu’en 2015,par le grabataire Bouteflika. Ce dernier,se sentait très puissant pour déloger de ses fonctions de 25 ans,ce « Rab Dzair », » dieu de l’Algérie « .Surtout que général Toufik était très proche de la CIA.Selon George Tenet,directeur de la  » compagnie « ,à Langley,VA, Toufik se trouvait bien aux côtés de Rumsfeld, lors de l’attaque sur le pentagone le11-09-2001.Lire : » IN THE CENTER OF THE STORM »,page 179.Pour que Bouteflika, même grabataire, puisse prendre le dessus sur un Toufik complètement acquis, c’est qu’il a offert toute la maison. Les principaux services de renseignement étrangers en Algérie ont tous les mains libres.Les prisons algériennes abritent actuellement, un bon nombre de personnes, civils et militaires, ayant rendu services à ces services. Beaucoup d’autres sont en cavale,à l’étranger. C’est ce qui arrive à tout état failli.

  2. Comme d habitude de la désinformation au sujet de l Algérie, de l exagération au sujet de la France (première puissance européenne, alors que pendant la mise à sac de la Lybie , l Europe utilisait des ravitailleurs américains sinon plus de bombardements)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.