Entre banditisme et djihadisme, le Sud Ouest du Niger est au bord de l’insurrection

Partages

Dans le sud-ouest du Niger, le banditisme armé pourrait renforcer la méfiance entre les communautés et favoriser des insurrections susceptibles d’être exploitées par les jihadistes. Il y a le feu au lac, d’après un rapport que vient de publier Crisis Group dont nous donnons les bonnes feuilles.

Les autorités nigériennes, selon l’ONG, devraient agir pour remédier aux injustices subies par les communautés vivant de l’élevage, initier des dialogues intercommunautaires et mieux encadrer les groupes d’autodéfense embryonnaire.

Le long d’une bande frontalière allant des villes nigériennes de Maradi à Dogondoutchi (ou Doutchi), des groupes de bandits armés volent des troupeaux entiers et kidnappent des centaines de villageois. Nombre de leurs membres sont mus par l’appât du gain, mais d’autres – en particulier les nomades victimes de la crise du pastoralisme – prennent les armes pour défendre leurs biens et leurs familles ou se venger d’injustices. En réaction, les autres communautés, notamment sédentaires, constituent des groupes d’autodéfense encore embryonnaires. Ce contexte porte en germe les conditions d’un contexte insurrectionnel que pourraient exploiter les jihadistes. Les autorités nigériennes mobilisent leur appareil sécuritaire pour répondre à ces nouvelles menaces. Elles devraient également agir de façon préventive pour limiter la tentation d’habitants de ces régions, notamment les éleveurs exposés à une crise du pastoralisme qui les appauvrit, de prendre les armes, et envisager des processus de démobilisation des bandits.

Des filières criminelles organisées

Le banditisme transfrontalier n’est pas un phénomène nouveau le long de la bande reliant Maradi à Doutchi. Il a donné naissance depuis plusieurs décennies à des filières criminelles organisées qui se sont transformées au début des années 2010, sous l’effet de dynamiques extérieures. En Libye, depuis la crise de 2011, l’économie de guerre s’articule autour des trafics, ce qui a facilité et amplifié les flux illégaux (carburant de contrebande, drogue) provenant du Nigéria. Dans le sens inverse, un flux d’armes de guerre issues des stocks de l’ère Kadhafi approvisionne, depuis la Libye, les groupes criminels nigériens et nigérians. Ces gangs, concentrés dans les Etats du nord du Nigéria dans les années 2010, ont redoublé de violence et se sont spécialisés dans le vol de troupeaux, les enlèvements et les assassinats ciblés. Cette violence s’est exportée sur le versant nigérien de la frontière, à Maradi à partir de 2016, puis à Tahoua en 2019. Ces bandits armés, liés aux réseaux impliqués dans l’économie criminelle transfrontalière, recrutent parmi toutes les communautés de la région (haoussa, touareg ou peul).

Ce banditisme est en train de se transformer et de donner naissance à de nouvelles formes de violence, notamment sous l’influence d’une crise du pastoralisme qui frappe durement les pasteurs dans les régions de Tahoua, Maradi et Dosso. L’extension des surfaces agricoles y réduit fortement les espaces dédiés à l’élevage, nourrit un phénomène d’appauvrissement progressif des pasteurs et entraine des conflits avec d’autres usagers, en particulier les agriculteurs. Dans ce contexte, rejoindre des groupes de bandits est aussi une manière de faire face à la crise du pastoralisme, de se protéger soi-même contre le vol de bétail et parfois d’accéder à une position de pouvoir. Cette dynamique, déjà forte au Nigéria, s’étend désormais au Niger. Certains bandits restent de simples criminels, mais d’autres, notamment parmi les Peul, se posent en défenseurs de leur communauté et deviennent parfois des notabilités respectées.

La dimension communautaire du banditisme menace la cohésion sociale du sud-ouest du Niger comme elle l’a déjà entamée au nord-ouest du Nigéria. 

La dimension communautaire du banditisme menace la cohésion sociale du sud-ouest du Niger comme elle l’a déjà entamée au nord-ouest du Nigéria. Les populations sédentaires associent progressivement les bandits à la communauté peul, qui constitue la majorité des populations nomades de la zone, de plus en plus stigmatisée. Pour se protéger du banditisme, des groupes d’autodéfense essentiellement haoussa sont en cours de formation dans la région de Maradi. Exclus de ces groupes et suspectés par ces derniers d’être à l’origine des violences armées, les pasteurs – en particulier peul – sont poussés à se rapprocher des groupes de bandits pour y trouver une forme de protection.

Le risque qu’une insurrection, c’est-à-dire une hostilité ouverte et armée contre l’Etat, se développe est d’autant plus important que la région suscite l’intérêt croissant de groupes jihadistes venus du Sahel et du nord-est du Nigéria. La jonction entre jihadistes et bandits locaux a déjà été observée ailleurs au Sahel et pourrait se répéter dans cette zone. La bande frontalière s’étendant de Doutchi à Birni N’Konni (ou Konni) est d’ores et déjà une zone d’approvisionnement de l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), qui y renforce progressivement son ancrage depuis 2018, et tente même d’y collecter un impôt de protection. De Maradi jusqu’à Doutchi, la frontière est parsemée d’espaces boisés déjà fréquentés par les bandits, mais qui pourraient aussi servir de refuge aux jihadistes. Enfin, depuis le nord-est du Nigéria, le Groupe sunnite pour la prédication et le jihad (Jama’tu Ahlis Sunna Lidda’awati wal-Jihad, JAS), plus communément appelé Boko Haram, et Ansarou, groupe dissident du JAS, tentent d’étendre leur action au nord-ouest du Nigéria et se rapprochent donc du sud-ouest du Niger frontalier.

Le Niger a réagi très tôt à la dégradation de la situation dans la bande frontalière. Les autorités ont principalement renforcé le maillage sécuritaire, mais celui-ci reste insuffisant. En effet, les forces nigériennes gèrent simultanément de multiples fronts dans le pays et sont globalement en sous-effectif. Face à la nature transfrontalière de l’insécurité, l’efficacité de la réponse dépend de la coopération avec le voisin nigérian, qui est ancienne mais reste à améliorer. L’aggravation récente des violences a changé la donne et cette coopération s’est renforcée, mais les autorités font encore trop peu pour empêcher le basculement des populations dans le banditisme ou prévenir l’émergence de situations insurrectionnelles. Cette bande frontalière reste sous-investie, tant par l’Etat que par ses partenaires, en comparaison d’autres régions nigériennes confrontées à des insurrections armées comme Tillabéri ou Diffa.

La prévention indispensable

 Pour prévenir l’émergence d’insurrections dans cette zone, il est essentiel de réduire les injustices dont souffrent les pasteurs et de préserver la cohésion sociale.Pour prévenir l’émergence d’insurrections dans cette zone, il est essentiel de réduire les injustices dont souffrent les pasteurs et de préserver la cohésion sociale. Le nouveau président du Niger devrait ainsi faire de l’élevage un domaine d’intervention privilégié. Les pasteurs devraient notamment être mieux représentés au sein des commissions foncières et disposer de plus de relais pour défendre leurs droits. Ils seraient ainsi encouragés à recourir à la loi plutôt qu’à la force. L’Etat devrait encadrer strictement les groupes d’autodéfense et établir des dialogues communautaires tel qu’il a l’habitude de les promouvoir ailleurs au Niger. Enfin, l’Etat doit accentuer les efforts de sécurité pour prévenir la contagion des violences, en particulier en renforçant la coopération avec les Etats frontaliers du Nigéria, sans exclure de négocier la démobilisation de certains groupes de bandits.
 
Les partenaires du Niger doivent, de leur côté, s’intéresser à ces zones avant qu’elles ne soient déstabilisées et pourraient soutenir financièrement un plan de prévention conçu et mis en œuvre par les autorités nigériennes.

 

Partages

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here