Echec d’un dialogue « secret » entre pouvoir et opposition en Mauritanie

Partages

Un dialogue qui aurait dû rester secret entre le pouvoir et l’opposition en Mauritanie, destiné à préparer les élections législatives et municipales prévues au second semestre, a échoué après des fuites dans la presse, ont indiqué l’opposition et la majorité présidentielle.

Le parti au pouvoir, l’Union pour la République (UPR), « nous a signifié officiellement la fin de ce dialogue secret, qui a réuni ces derniers jours des délégations de la majorité présidentielle et du Forum », a déclaré à l’AFP le président du Forum national pour la démocratie et l’Unité (FNDU), Mohamed Ould Moloud.

Les discussions avaient permis une « avancée significative » sur la voie d’un « accord politique que nous devions signer jeudi dernier, mais entre temps, l’autre partie a fuité une mouture proche de l’accord mais qui en dénature la forme et le fond », a expliqué lundi soir devant la presse le président de l’UPR, Sidi Mohamed Ould Maham.

Le chef de l’opposition dite « radicale » a expliqué que sa délégation avait demandé d’ajouter au texte proposé par le pouvoir, « en signe de bonne volonté », la « libération des détenus politiques et la fin des poursuites contre les opposants ».

« C’est cette proposition qui a semblé irriter l’autre partie et, au lieu d’une réponse selon les formes habituelles, nous avons eu droit à une réponse incongrue à travers un tweet du président du parti au pouvoir annonçant la fin du dialogue », a expliqué M. Ould Moloud à l’AFP.

Parmi les prisonniers politiques dont le FNDU réclame la mise en liberté figure l’ancien sénateur d’opposition Mohamed Ould Ghadda, qui s’était opposé à la suppression du Sénat en 2017 et qui est accusé de corruption. Il souhaitait également la levée du mandat d’arrêt visant l’homme d’affaires en exil Mohamed Ould Bouamatou, cité dans la même affaire.

Selon les deux parties, la majorité présidentielle avait proposé à l’opposition de participer aux travaux de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et de poursuivre plus tard les discussions sur le processus électoral dans son ensemble.

« Constituer la Céni sans nous aura des conséquences graves pour le reste du processus et fausserait le jeu politique devant conduire à une alternance pacifique », a averti le président du forum de l’opposition.

Avec AFP

 

Partages