Droits humains, le Gabon dans le collimateur de l’ONU

Partages

La défense de Brice et Grégory Laccruche, ces ex proches du président Bongo qui sont aujourd’hui détenus à la prison centrale de Libreville, verse au dossier un avis de l’ONU fort critique sur les droits humains au Gabon

Après avoir tenu les rênes du pays,
l’ancien directeur de cabinet du président Ali Bongo
est accusé de tous les maux.

Le Groupe de Travail sur la Détention Arbitraire (GTDA) du Conseil des droits de l’homme de l’ONU a rendu, en date du 24 novembre 2020, un avis estimant que la détention des intéressés viole différents textes internationaux sur l’interdiction de la détention arbitraire, dont la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Les autorités gabonaises sur la défensive

Le GTDA estime que les intéressés doivent être remis immédiatement en liberté. Il faut noter que le gouvernement du Gabon a répondu aux analyses de la défense et que cette réponse n’a pas convaincu les responsables de l’ONU.  La défense a présenté des demandes de mise en liberté aux juge d’instruction du Gabon. Elle a versé l’avis du GTDA dans le dossier en détention arbitraire en cours au tribunal de Paris.

Partages
Previous articleLa terreur des bandits à la frontière du Nigeria et du Niger
Next articleIsraël, Joe Biden sur les traces de Donald Trump
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)