Donald Trumpp: « Je suis pour Dieu, les armes et le pétrole »

Samedi 9 juillet, l’ancien président américain Donald Trump donnait un meeting à Anchorage, en Alaska, pour soutenir Sarah Palin, peut-être celle qui a impulsé le grand virage réactionnaire et populiste du parti républicain aux États-Unis. Une réunion publique qui a vu Trump… faire du Trump. 

Face à un public conquis et au côté de celle qui avait été choisie pour être vice-présidente par John McCain lors de l’élection de 2008 finalement perdue contre Barack Obama (et un certain Joe Biden), le 45e président des États-Unis a effectivement passé tous ses sujets phares en revue: la pandémie de Covid et les vaccins, le réchauffement climatique, ses adversaires démocrates (ou républicains), le paysage médiatique ou encore le système électoral…

“Je suis pour les armes, Dieu et le pétrole”

Et confirmant à demi-mot qu’il sera bien candidat à la prochaine présidentielle, en 2024, sans pour autant faire de déclaration officielle, il a ainsi résumé son projet pour les États-Unis: “Je suis pour les armes, Dieu et le pétrole.” Le tout sous un tonnerre d’applaudissements.

Previous articleBurkina Faso : la tentative de réconciliation tourne à l’humiliation
Next articleL’héritage romain du Liban à l’honneur
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)