Deux appartements de Sassou saisis à Paris

Partages

Alors qu’un climat de répression politique s’est abattu sur le Congo-Brazzaville depuis la réélection de Denis Sassou Nguesso fin mars à la suite d’un scrutin contesté, la justice française a saisi, vendredi 22 avril dernier, deux biens immobiliers au nom d’Antoinette Sassou Nguesso, l’épouse du chef de l’Etat, situés avenue Niel dans le 17ème arrondissement de Paris. La saisie s’est effectuée dans le cadre de la procédure dite des « biens mal acquis » qui s’intéresse au patrimoine immobilier en France de deux chefs d’Etat africains, Ali Bongo du Gabon, Sassou Nguesso du Congo et  Teodorín Obiang, le fils du président équato-guinéen Teodorin Obiang. Le 2 février dernier, le président congolais avait porté plainte contre X dans cette affaire.

D’ordinaire si prudents vis-à-vis de leurs homologues congolais, les autorités françaises durciraient-elles le ton ? Le 19 avril par voix de communiqué, le Quai d’Orsay avait pour la première fois exprimé son inquiétude face aux violences qui ont lieu dans le sud du pays et demandé ce que l’accès aux convois humanitaires soit garanti.

Partages