Des militaires portugais en Centrafrique soupçonnés d’un trafic d’or

Les autorités portugaises ont procédé lundi à un vaste coup de filet contre un réseau criminel soupçonné de s’être servi de militaires portugais détachés en Centrafrique sous l’égide de l’ONU pour se livrer à un trafic de diamants et d’or, ont annoncé la police et les Forces armées.

La police judiciaire a déclaré dans un communiqué avoir effectué une dizaine d’arrestations et une centaine de perquisitions dans plusieurs régions du Portugal dans le cadre d’une enquête visant « un réseau criminel ayant des liaisons internationales qui tirait des revenus illicites de la contrebande de diamants et du trafic de drogues ».

« Ce qui est en cause en ce moment, c’est la possibilité que certains militaires ayant participé à la Force nationale détachée en RCA aient été utilisés comme courriers dans le trafic de diamants, d’or et de stupéfiants », qui auraient été transportés à bord d’avions militaires, a précisé de son côté l’état-major des Forces armées portugaises.

Une situation regrettable

L’enquête en cours a été déclenchée par une dénonciation faite auprès du parquet par le commandement de la force détachée, qui avait été informé en décembre 2019 d’une possible implication de militaires portugais dans le trafic de diamants, a ajouté l’état-major dans un communiqué.
Cette situation est « profondément regrettable », a commenté le ministre portugais de la Défense Joao Gomes Cravinho, dans des déclarations à l’agence de presse Lusa, ajoutant que le gouvernement portugais en avait informé l’Organisation des Nations unies l’année dernière.


Previous articleCop 26, le compte n’y est pas pour l’Afrique 
Next articleAlgérie, quand Abd El-Kader anéantissait les Français à Sidi Brahim
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)