Des conciliabules secrets pour trouver un successeur au recteur de la Mosquée de Paris

0
594
Partages

Candidat perpétuel a la présidence du Centre français du Culte Musulman (CFCM), Abdallah Zekri n’arrête pas d’agiter ses réseaux depuis que le nouvel ambassadeur d’Algérie l’a reçu une première fois en 2018.

Ancien supplétif de l’Armée d’occupation française en Algérie devenu permanent de l’Amicale des Algériens en Europe dans la région de Marseille, où il passait le plus clair de son temps avec les anciens harkis de du « Bachagha » Boualem, Abdallah Zekri a toujours cherché à pousser ses pions au sein de l’Islam de France. Et cela, hélas pour lui, sans grand succès tant il a fait de la médisance et de l’opportunisme les armes de son influence supposée.

Le voici de retour, fin janvier 2019, à l’ambassade d’Algérie en France où il avait été reçu en 2018, et en compagnie cette fois de trois personnalités: Maitre Hafiz. le plus ancien candidat a la succession du recteur Boubakeur; Ahmet Ogras. le tout nouveau président turc du CFCM contre lequel il a pourtant mené une violente campagne (1), Anouar Kbibech. qu’il n’a jamais cessé de présenter comme un dangereux fondamentaliste en raison de son appartenance au modéré Parti de la Justice et du Développement (PJD) marocain.

Conciliabules discrets

Cette rencontre qui se voulait secrète. semble destinée a faire soutenir par l’ambassadeur algérien des propositions inspirées par Abdallah Zekri à Hafiz pour qu’elles soient adoptées a la réunion extraordinaire de la peu transparente « Société des Habous », gestionnaire de la Mosquée, qui a été prévue le 2 février.

Très craint quand il était le protégé du général Bendaoud, le représentant à l’époque de l’ex DRS à Paris, maitre Hafiz se trouve réduit a faire un bout de chemin avec un second couteau comme Zekri. L.’influence de ce dernier sur l’émission islamique, qui fut sans limite du temps où règnait son « ami » Nicolas Sarkozy », a été sérieusement sapée depuis la récente promotion de Ghaleb Bencheikh à la tête de la Fondation de l’Islam de France.

Exit donc Jean Pierre Chevènement qui, dans ces fonctions, était unanimement jugé peu efficace dans sa recherche de fonds.

Autant de grenouillages et de cachotteries qui ne font guère avancer la cause de l’Islam de France.

(1) Abdallah Zekri a emprunté à l’universitaire Gilles Képel la désinformation grossière présentant le patron turc du CFCM comme le beau frère du président turc Erdogan,

Partages