Les démons du président mauritanien Aziz

Sur le site mauritanien Cridem partenaire de Mondafrique, le chroniqueur Babah Sidi Abdallah prend la défense d'Ahmed Baba Ould Azizi, le patron des patrons de la Mauritanie, que le chef de l'Etat veut chasser de son poste

Partages

Lorsqu’on souhaite tenir compagnie aux esprits, raconte-t-on, il faut renoncer au profit de leur chef à certains de vos biens ou à une part de votre foi ou de votre enfant. En Mauritanie, tu dois abandonner toute ta fortune et t’inféoder au Président actuel, Mohamed Ould Abdel Aziz, dont les démons te guettent à tout moment et à tout endroit.

Si tu as de la fierté et de la dignité, tu es l’ennemi juré du président mauritanien, qui ne manquera aucune occasion pour te sauter dessus. Il l’a fait avec le Président élu démocratiquement en 2007, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, lorsque ce dernier a tenté d’exercer ses pouvoirs constitutionnels. Il a jetés de respectables hommes d’affaires en prison, puis il en a poursuivi d’autres, à travers des mandats d’arrêt internationaux, qui ont été rejetés heureusement par ses voisins les plus proches.

Le refus de la soumission

Comme il a fait recours à un bataillon parlementaire pour renverser le Président élu, il est aujourd’hui à la quête d’un autre cortège d’hommes d’affaires pour évincer leur Président élu Ahmed Baba Ould Azizi, en punition de ses vertus, de sa fierté et de son refus de la soumission et de l’humiliation.

Pourquoi Aziz ne cumule-t-il pas la Présidence de la République et celle du Patronat ? N’est-il pas un acteur réputé dans les secteurs formel et informel? Tu le trouves dans les banques, les sociétés d’exploration, le marché foncier, les stations d’essence, l’élevage, l’agriculture, les quincailleries, les salons de beauté, les parcs de loisirs et bientôt dans les sociétés des télécoms.

Il tient fermement à avoir une germination là où un nuage pleut ou pleuvra, afin qu’Allah parachève un ordre qui devait être exécuté.

Gérer cet empire financier est plus primordial pour Aziz que régler les problèmes insolubles, dans lesquels il a mis le pays. Des difficultés qu’il a la suite compliqué, sans s’inquiéter à sa grande chance, continuent à patauger dans les pièges, à chaque fois qu’il tente de se sauver la peau.

Un capital vertueux

Cibler Ahmed Baba Ould Azizi ne résoudra pas la confusion présidentielle et l’échec gouvernemental, comme il n’améliorera pas les relations entre la Mauritanie avec ses voisins arabes et africains ou avec ses amis Européens.

Ahmed Baba Ould Azizi ne souffrira ni de la confiscation de son passeport, ni du retrait de son accréditation diplomatique, en sa qualité de consul général honoraire de la République italienne dans mon pays, ni des harcèlements sataniques que les démons d’Aziz ont constamment exercé avec une stupide improvisation.

Ahmed Baba dispose d’un précieux capital de vertu, de bonnes relations tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Mauritanie, qu’il est difficile de confisquer ou de diaboliser le détenteur.

Je déclare ma solidarité avec Ahmed Baba Ould Aziz au nez de la politique de l’assujettissement et de l’humiliation.

Partages