Démenti, « les brasseries du Cameroun » sont une société à capital majoritairement privé

Partages

Contrairement à ce que nous avions écrit, la S.A. des Brasseries du Cameroun n’est pas une société nationale camerounaise mais appartient à la SOCIETE DES BRASSERIES ET GLACIERES INTERNATIONALES « BGI » propriétaire de 73,66% du capital

Une information publiée le 25 juin 2019 sur le site www.mondafrique.com au sujet d’une vidéo, filmée à la mi-mai 2019 au Cameroun et montrant des séparatistes armés en train de torturer un homme dans une école abandonnée dans la région du Nord-Ouest du Cameroun révèle que « la victime est un chauffeur de camion du village de Bali, qui transportait des produits pour les Brasseries du Cameroun, une compagnie d’État à laquelle les séparatistes sont opposés. Ils ont interdit les ventes, les achats et le transport de ses boissons dans les zones qu’ils contrôlent. »

Le Groupe SABC par la voix de son Directeur Général, Emmanuel DE TAILLY,  apporte par le présent communiqué, un démenti formel à ces allégations qui relèvent de la pure fiction et invite l’opinion nationale et internationale à consulter directement sur son site internet www.lesbrasseriesducameroun.com la répartition du capital de la S.A. des Brasseries du Cameroun qui a pour actionnaire principal la SOCIETE DES BRASSERIES ET GLACIERES INTERNATIONALES « BGI » propriétaire de 73,66% du capital.

Le Groupe SABC qui paie le lourd tribut de cette crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest (véhicules incendiés, produits emportés, etc.) a pris la décision de fermer certains de ses centres de distribution installés dans les deux régions anglophones, pour assurer la sécurité de ses collaborateurs et distributeurs ainsi que celle de leurs familles.

Le Groupe SABC continue d’apporter son soutien à l’Etat du Cameroun qui s’emploie à résoudre cette crise parce que le Groupe SABC c’est 70 ans d’histoire avec le Cameroun et les camerounais des dix régions du Cameroun. Et le Sud-Ouest, le Nord-Ouest font partie de cette histoire fabuleuse que nous allons ensemble continuer d’écrire avec le Cameroun et tous les camerounais.-

Partages