De la Tunisie à la Mauritanie, une lueur d’espoir

Partages

Dans les semaines à venir, la situation dans le Sahel sera marquée par l’arrivée en Tunisie et en Mauritanie de deux nouveaux chefs d’état. Une chronique d’Ahmedou Ould Abdallah, ancien ministre mauritanien des Affaires Etrangères et président de Centre4s.

Le décès du premier président démocratiquement élu de Tunisie, Beji Caid Essebsi. Leader expérimenté et compétent, il a été suffisamment intelligent pour aider les tunisiens, spécialement les femmes, à sauver leur pays des menaces d’une guerre civile.

Aidons les modernistes en Tunisie

La Tunisie, de nouveau remise sur le droit chemin, le successeur de Caid Essebsi, confirmera et renforcera sans doute cette orientation moderniste. Pour démontrer qu’ils poursuivent effectivement une politique anti-terroriste cohérente, l’Union Européenne et les Etats Unis, entre autres états, devraient de toute urgence apporter à Tunis une assistance importante.

Espoirs en Mauritanie

Le 2 août prochain, un nouveau président, Mohamed Ould Ghazwani prêtera serment en Mauritanie. Par son background familial et son éducation sociale, ainsi que son expérience professionnelle, le futur président suscite beaucoup d’espoirs tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Les relations intérieures et extérieures du gouvernement, devraient certainement s’améliorer ne serait-ce que par la forme et le style. Les Mauritaniens, leurs voisins et amis devraient donner à Ould Ghazwani une lune de miel bien méritée.

Naturellement, le Président sortant, Ould Abdel Aziz, devra bénéficier de ses droits  constitutionnels.

Ahmedou Ould Abdallah

Partages