Côte d’Ivoire : les militaires français veulent désarmer le nord

Partages

Cinq ans après la crise post électorale de 2010 qui a fait 3000 morts en Côte d’Ivoire et alors qu’un nouveau scrutin présidentiel doit se tenir dimanche, la France souhaite, à travers sa coopération militaire, s’impliquer pleinement dans le processus de désarmement du nord du pays. Si l’opération de désarmement, démobilisation et de réintégration des ex-combattants de Côte d’Ivoire s’est achevée officiellement en juin dernier, des armes continuent à circuler massivement dans cette zone et à travers tout le pays. Pas plus tard qu’en mars, les Nations Unies avaient découvert l’existence d’un stock de 60 tonnes de matériel militaire à Korogho dans le nord du pays encore contrôlé par d’anciens rebelles. « Cinq ans c’est trop court pour abattre un tel travail. Et c’était encore trop délicat pour la France, ex puissance coloniale, de s’impliquer publiquement dans un tel projet » confie à Mondafrique une source bien informée. Paris a finalement pris le virage et souhaite démanteler milices et réseaux illicites d’armement d’ici 2020.

Partages