Côte d’Ivoire : des provisions alimentaires par crainte des violences

Partages

Par crainte de la mise à exécution du mot d’ordre de boycott de la présidentielle du 25 octobre donné par la tendance du Front Populaire Ivoirien (FPI, parti de l’ex-président Laurent Gbagbo) incarnée par Aboudramane Sangaré et d’éventuels actes de violences le jour du vote, certains Ivoiriens ont commencé discrètement à faire leurs provisions alimentaires et de produits de premières nécessité. Selon des confidences faites à Mondafrique, à la sortie de quelques grandes surfaces et de marchés aux vivriers d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne, les provisions visent à anticiper la rupture de stocks alimentaires en cas de violences le jour des opérations électorales. Rappelons que le scrutin présidentiel de 2010 a débouché sur une crise post-électorale qui a officiellement fait plus de 3000 morts et provoqué des déplacements des populations. Environ un million de personnes s’étaient en effet déplacées de force en Côte d’Ivoire ou avaient fui vers les pays voisins, selon les statistiques du HCR, entre le début de la crise en 2010 et son point culminant en 2011.

Partages