« Chronique des années Bouteflika » de Malti: à lire absolument

L’intitulé officiel de l’État algérien est République Algérienne Démocratique et Populaire (RADP). En réalité, l’Algérie n’est ni démocratique ni populaire. Ce sont les militaires qui gouvernent depuis soixante ans. Abdelaziz Bouteflika a été choisi par les généraux responsables du coup d’État de janvier 1992 car il était disposé à prendre les dispositions nécessaires pour leur éviter d’être poursuivis en justice tant en Algérie qu’à l’étranger, pour les crimes, massacres et autres exactions commis ou couverts durant la décennie 1990.

C’est donc sur la base de ce « deal » immoral qu’il fut « élu » en avril 1999. Le lecteur découvrira également que s’accaparer la rente pétrolière du pays a été la motivation permanente qui a animé les hommes du pouvoir. C’est l’autre fil rouge qui a marqué le « règne » de Bouteflika.

Aujourd’hui à la retraite, Hocine Malti est ingénieur pétrolier. Il a été un des membres fondateurs de la compagnie nationale algérienne des hydrocarbures, SONATRACH, dont il a été vice-président, avant d’occuper des postes de très haute responsabilité au sein d’une organisation et d’une firme économique.

Ed. L’Harmattan (492 pages – 45 euros)

Les livres d’Hocine Malti : ICI

Previous articleLa France n’ouvrira pas de consulat au Sahara
Next articleL’islamisme en embuscade dans une Algérie privée de liberté
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)