Centrafrique : l’ONU et les « affreux » du Kremlin

Partages

Face aux attaques des rebelles depuis la réélection contestée du président centrafricain le 27 décembre, les casques bleus travaillent main dans la main avec des mercenaires de la société militaire privée russe Wagner. Cette milice proche de Vladimir Poutine est pourtant soupçonnée de crime de guerre en Syrie.

Selon une enquête du journal Libération, la Mission multidimensionnelle des Nations unis pour la stabilisation de la Centrafrique (Minusca) collabore activement avec les mercenaires russes de Wagner. Des membres de cette milice privées soupçonnée de crime de guerre en Syrie participent à des réunion de sécurité en présence du chef de la Minusca, le Sénégalais Mankeur Ndiaye, et du commandant des casques bleus, le Burkinabé Daniel Sidiki Traoré.

Le cuisinier du Kremlin

Cette coopération s’effectue en dehors de tout cadre légal : elle bafoue la convention de l’ONU contre l’utilisation de mercenaires et ne s’appuie sur aucun mandat du Conseil de sécurité.

Pour la Minusca, les Russes sont des « instructeurs » présents en Centrafrique depuis fin 2017 avec l’autorisation du Conseil de sécurité. Or preuve est faite que ces instructeurs ne sont autres que des « affreux » liés à Evgeny Prigogine , un proche de Vladimir Poutine surnommé « le cuisinier du Kremlin ».

La neutralité de la Minusca en cause

En combattant aux côtés de ces paramilitaires qui ont pris fait et cause pour le président Faustin Archange Touadéra, les soldats de la paix sortent du cadre de neutralité imposé par leur mission. Déjà éprouvés par de nombreux scandales – de leur incapacité à sécuriser le pays en passant par des accusations de viols -, les casques bleus prennent le risque de se retrouver au cœur d’une nouvelle polémique, alors que des soupçons d’exactions pèsent déjà sur ces mercenaires de différentes nationalités (Tchétchènes, Serbes, etc.).

Depuis le 27 décembre et la réélection contestée de Faustin Archange Touadéra, le pays sombre dans une crise post-électorale. Les attaques de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), composée de plusieurs groupes rebelles, ont fait des dizaines de morts et près de 200000 déplacés. Le 13 janvier, ces attaques ont gagné la capitale, Bangui, repoussées par les mercenaires russes, les Forces armées centrafricaines et la Minusca.

Cette enquête de Libération a reçu un droit de réponse de la Minusca que nous publions ci dessous

Partages

8 COMMENTS

  1. Attention danger !!! Ces mercenaires de Wagner ont la main longue !! Trois journalistes russes ont été mystérieusement tués après avoir tenté d’enquêter sur leurs activités en Centrafrique et leurs liens avec la richesse minière du pays !!! Les faits remontent à 2018 mais la menace persiste encore !!!

  2. La livraison d’armes aux soldats centrafricains a été validée par le Conseil de sécurité de l’ONU et le président Faustin-Archange Touadéra a lui-même choisi le Russe Valeriy Zakharov comme conseiller en sécurité ! Pourquoi être choqué par la présence russe en Centrafrique ????

  3. Prigojine est un danger pour l’humanité !!! La justice américaine l’accuse d’être l’instigateur de publication massive de messages tendancieux destinée à favoriser l’élection de Donald Trump en 2016 !!!

  4. La société Wagner est par ailleurs citée par le département du Trésor américain pour son implication dans le conflit en Ukraine ou encore en Biélorussie !!! Qui pourrait arrêter ces mercenaires téléguidés dans l’ombre par Poutine ?!

  5. La présence russe suscite la colère des Français !! Il y a quelques jours le ministre français des Affaires étrangères a évoqué « une situation très confuse » et une présence « anti-française » de la Russie…

  6. La Mission de la paix des Nations unies collabore avec ces paramilitaires au mépris des conventions internationales et de son obligation de neutralité… Une première ???

  7. Des milliers de Centrafricains affluent au Cameroun pour fuir les violences des affrontements des rebelles et des forces armées… Et la situation risque de s’aggraver davantage

Comments are closed.