Centrafrique, la semaine diplomatique chargée du président Touadera

Partages
Le président Touadera a repris ses voyages internationaux. Du 30 septembre au 8 octobre 2020, il s’est rendu successivement à Bruxelles, Rome et en Russie. Le renforcement de la coopération avec l’Union européenne, les bonnes relations avec le Vatican et l’extension du partenariat militaire et les échanges bilatéraux avec la Russie étaient à l’agenda de ces visites, à moins de trois mois des élections générales du 27 décembre 2020
 
 
Prévue de longue date, en marge de la 75ème Assemblée générale de l’ONU,  une réunion de Haut niveau s’est tenue, le 1er octobre 2020, en viséoconférence. Coprésidée par Faustin-Archange Touadera, déjà arrivé à Bruxelles, elle a regroupé les principaux dirigeants de l’ONU, de l’Union européenne, de l’Union africaine, de la Ceeac et plusieurs ministres des affaires étrangères dont Jean-Yves Le Drian.
 
Il ressort de cette réunion que la plupart des intervenants se sont félicités des progrès réalisés dans l’application de l’ Accord politique pour la paix et la réconciliation en Centrafrique ( APPR-RCA) du 6 février 2019,  » le seul viable pour le retour à la paix ». En dépit du contexte peu favorable à une consultation électorale, le président Touadera a donné les assurances du bon déroulement du processus électoral.
 
Les intervenants ont réaffirmé que la date du 27 décembre 2020 n’ était pas modifiable. Ils ont néanmoins insisté pour que ces élections générales soient  » crédibles, libres, sécurisées, transparentes, inclusives, respectueuses des délais constitutionnels ». Jean- Pierre Lacroix, le Secrétaire général adjoint de l’ONU et chef des Opérations de maintien de la paix a averti :  » ce que le pays a le plus besoin, c’est la  stabilité institutionnelle ».
 
On peut se demander s’il ne s’agit pas aussi de la stabilité politique, avec la  réélection de Faustin- Archange Touadera.

 Un optimisme qui défie les réalités 

 
Cette vision de la situation actuelle ne semble pas correspondre aux réalités de terrain, notamment en ce qui concerne l’ application de l’ APPR- RCA et le déroulement du processus électoral.
 
 
Si le gouvernement centrafricain a accompli la plupart de ses engagements, en revanche, on voit difficilement les avancées du côté des quatorze groupes armés, notamment de l’UPC d’ Ali Darass et du mouvement 3 R de Abass Sidiki. Dans ces régions, qui échappent à l’autorité de l’ État, les populations sont toujours sous la coupe du terrorisme de ces rebelles. Il est un peu surréaliste de prévoir des élections libres, crédibles et sécurisées dans ces régions.  Ali Darass  » administre »  déjà près de 90 0000 km2 et devrait pouvoir faire élire des deputes de l’ UPC. Représenté au gouvernement, il ne risque rien.
 
Quant à Abass Sidiki et son mouvement 3 R, en conflit ouvert avec la Minusca, il s’oppose à toute ingérence de l’ Etat dans son fief mouvant. Il faut aussi ajouter que la plupart des 600 000 réfugiés à l’étranger seront privés de vote et que la diaspora sera largement écartée des élections du 27 décembre 2020. Quant à l’Autorité Nationale des Élections ( ANE), elle cumule illégitimité, incompétence et alignement sur le pouvoir. Cette courroie de transmission sera le principal motif du probable rejet des élections. Enfin, les aléas sanitaires, avec la pandémie covid- 19, et climatiques, avec les inondations dramatiques, devraient davantage être pris en considération. Avec ces élections du 27 décembre 2020 et évidemment les résultats attendus, tout est réuni pour une crise majeure en Afrique centrale, déjà très fragilisée. On comprend l’impatience de la Russie pour renforcer son implantation militaire

Bruxelles, destination privilégiée 

 
Le président Touadera a pris ses habitudes en Belgique. Il est vrai que l’Union européenne est le principal partenaire de la Centrafrique et que Faustin- Archange Touadera y a établi de solides réseaux avec comme représentant personnel, le belgo-russe Dimitri Mozer. Le consul honoraire wallon a ses entrées à la Commission européenne, après l’énorme contrat remporté, en 2016, pour le déménagement des locaux de cette Commission européenne. La ville d’Anvers, centre mondial du diamant, est également une ville importante pour la Centrafrique officielle et officieuse. Le jeudi 1er octobre 2020, en plein Conseil européen, le Vice- président de la Commission et Haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, l’Espagnol Joseph Borrell, avec deux autres commissaires, a pu néanmoins rencontré le président Touadera.
 
Le lundi 5 octobre, le président du Conseil européen, Charles Michel, a reçu son ami et vieille connaissance, depuis son passage à la Primature, Faustin-Archange Touadera. Ces rencontres exceptionnelles, montrent à quel point le président Touadera peut compter sur le soutien politique et financier de l’Union européenne. Le difficile bouclage financier du processus électoral, la coopération et l’assistance dans la formation des forces de sécurité, la question récurrente de l’embargo sur les armes, le financement de l’aide alimentaire d’urgence pour 60% de la population et la prolongation du trust fund Bekou, pour le relèvement de l’Etat, ⁰ont été notamment au menu de ces rencontres. 

La visite électorale au Vatican

 
Le Secrétaire d’État, numéro 2 du Saint-Siège, Pietro Parolin, a reçu le président Touadera, le 2 octobre 2020, pour une rencontre qui consolide certes les bonnes relations entre les deux États mais qui a aussi des relents de campagne électorale pour toucher les électeurs catholiques. Il n’est pas sûr que ces électeurs seront sensibles à cette visite, tant ils paient un lourd tribut aux exactions des groupes rebelles dont l’ UPC, partenaire du président Touadera.
 
Évidemment,  le Vatican connaît parfaitement la situation en Centrafrique. Le cardinal Dieudonné Nzapalainga, proche du Saint-Père, est une voix qui compte et qui donne la réalité de la situation dans son pays. Le religieux ne cesse de mettre les politiques devant leurs lourdes responsabilités, de stigmatiser la course aux armements et les exactions sont victimes d’innombrables innocents et de réclamer la mise en place urgente d’un véritable dialogue national pour retisser une cohésion nationale. La visite de courtoisie à la Communauté Sant’ Egidio a ravivé l’accord mort-né du 19 juin 2017 qui concernait pourtant tous les signataires de l’ APPR- RCA du 6 février 2019, mais également l’Assemblée nationale et les principaux partis politiques qui y avaient été étroitement associés. C’était avant la visite du président Touadera à Sotchi,  en octobre 2017…

La visite cachée en Russie

 
Le 6 octobre 2020, le président Centrafricain s’est rendu à Moscou, afin d’ avoir des entretiens de Haut niveau notamment avec le ministre Sergueï Lavrov et des chefs militaires de l’ Etat- major général des Armées. Cette visite en Russie ne figurait pas dans le programme initial de la semaine. Elle aurait peut-être été diversement appréciée à Bruxelles et lors de la réunion de Haut niveau. Nul doute que les États-Unis d’Amérique et accessoirement la France, désormais hors-jeu, apprécieront modérément cette visite. Le renforcement de la coopération militaire était apparemment le principal objet de cette visite surprise et dérangeante.
 
Outre la question de l’embargo sur les armes, la Russie soutient totalement financièrement et en matériel l’ accroissement des armements en Centrafrique. Évidemment, les accords conclus le 6 octobre 2020 sont sous le sceau du secret. Néanmoins, on apprend que vingt véhicules blindés légers seront acheminés rapidement à Bangui,  certainement avant le 27 décembre 2020. On ne sait jamais…
 
La création d’un bureau militaire en Centrafrique, avec ses antennes régionales, devrait être opérationnel à la fin du mois d’ octobre 2020. Des officiers généraux et des dizaines de spécialistes militaires y seront déployés. La base militaire de Berengo pourrait y être un centre névralgique. Le hub centrafricain pour l’Afrique centrale de la Russie est en construction. En contrepartie, il est probable que les autorités russes aient demandé une mansuétude envers les dirigeants de deux sociétés d’exploitation minière liées  au groupe Wagner, récemment frappées de sanctions par le Trésor américain. Enfin, dans le cadre de l’amitié qui le lie au président Poutine, Faustin-Archange Touadera devrait se rendre, le 7 octobre 2020, à Sotchi, pour lui souhaiter un bon soixante-huitième anniversaire. Le partenariat entre le régime de Bangui et la Russie n’ a jamais été aussi intense. Les élections générales du 27 décembre 2020 devraient pouvoir en bénéficier….
 
 
 
Ainsi donc en une semaine le président Touadera aura rencontré toutes les personnalités qui comptent dans la crise centrafricaine. On ne s’étonnera guère de l’ absence de la France qui fait désormais illusion. L’avenir du pays en se joue plus à Paris. Faustin-Archange Touadera peut compter sur la disponibilité de la Chine qui a fourni le matériel électoral du parti présidentiel et assure la fourniture de la campagne électorale. Les aides financières pour les projets de développement et de rétablissement de l’Etat sont habilement siphonnés dans l’indifférence générale pour alimenter les caisses du régime.
 
Enfin, la Russie assure la sécurisation du président Touadera. Par les militaires du groupe Wagner et par ses conseillers, la Russie devrait permettre une facile  réélection du président Touadera.
 
Cette semaine passée à l’étranger lui aura été bien plus importante que d’éventuelles tournées à l’ intérieur du pays, où sa présence n’aurait pas été bienvenue. 
 
 
 
Partages