Cameroun, vingt femmes violées par l’armée en mars 2020

Partages

Human Rights Watch condamne de nouvelles violences commises par les militaires au Cameroun qui ne donnent lieu à aucune réparation .

Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun sont en proie à des violences depuis fin 2016, date à laquelle des séparatistes armés ont cherché à obtenir l’indépendance des régions anglophones minoritaires du pays.

Lors d’une attaque commise par des soldats camerounais le 1er mars 2020, au moins 20 femmes – dont quatre femmes handicapées – ont été violées, un homme tué et 35 autres arrêtés, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. L’attaque contre le village d’Ebam, dans la région du Sud-Ouest, a été l’une des pires perpétrées par l’armée camerounaise ces dernières années.

Les soldats ont également incendié une maison, pillé de nombreuses propriétés et s’en sont violemment pris aux hommes qu’ils ont emmenés dans un camp militaire. D’après les informations obtenues par Human Rights Watch, il n’y a pas eu d’enquête véritable et les responsabilités n’ont pas été établies.

« La violence sexuelle et la torture sont des crimes odieux sur lesquels les gouvernements ont l’obligation d’enquêter immédiatement, de manière efficace et indépendante, et qui exigent de faire traduire les responsables en justice », a déclaré Ida Sawyer, directrice adjointe de la division Afrique à Human Rights Watch. « Un an plus tard, les survivants de l’attaque d’Ebam ont désespérément besoin de justice et de réparations et sont choqués de voir que ceux qui leur ont fait subir des violences sont libres et que leurs actes sont restés sans conséquence. »

Partages