Cameroun, la vieillesse (du président Biya) est un naufrage

Partages
Paul Biya, chef de l’Etat depuis le 6 novembre 1982, après avoir été, plus de sept ans, le premier ministre du président Ahmadou Ahidjo, ne maitrise plus guère la situation  Plus de 80% des Camerounais n’ont pas connu d’autre président. 
La rumeur est tenace, aussi invraisemblable que dangereuse pour l’avenir du Cameroun.  Un nouveau mandat présidentiel pour Paul Biya, cet autocrate vieillissant est sérieusement envisagé. Âgé de 84 ans et bientôt 85 ans, vivant le plus souvent en Suisse, le président Biya est encouragé, surtout par les bénéficiaires du régime, à rempiler pour un nouveau mandat de sept ans,  lors des élections prévues en novembre 2018.
Signes annonciateurs
Comme son illustre prédécesseur, Paul Biya entend choisir la date de son départ du palais Etoudi. Comme lui, il veut aussi choisir son successeur.
Sauf impératifs de santé, Paul Biya souhaite également présider la prochaine la Coupe d’Afrique des Nations qui aura lieu au Cameroun en juin-juillet 2019. Devant les retards dans la préparation de cette manifestation continentale, il s’est engagé personnellement à respecter les échéances. Il pourra ensuite choisir le moment opportun pour démissionner. Un tel scénario n’est pas sans risques.
Risques d’implosion
Est-ce bien raisonnable de se maintenir au pouvoir alors que, de tous côtés, les alertes sont maximales ? Mais dans un tel contexte de crise politique, économique et sociale, des élections sans Biya, donc disputées ne pourraient-elles pas être encore plus dangereuse pour le pays ?
Le FMI a accordé un satisfecit, lors de sa dernière revue, en juillet 2017. En contrepartie des 666 millions us dollars, l’ajustement préconisé reste soft. Le Cameroun est le pays le moins malade de la CEMAC, en raison de la diversification de son économie. Les problèmes ne sont donc pas tellement macro économiques. Ils sont politiques et sociaux.
L’Extrême-nord est en état de siège avec Boko Haram, la frontière orientale est minée par les trafics en tous genres et par les incursions ravageuses de bandes armées installées durablement en Centrafrique.Mais la grande question est désormais le mouvement sécessionniste anglophone des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Répression massive
Le premier octobre dernier, la proclamation de l’indépendance de l’Ambazonie, du nom donné par les indépendantistes anglophones du Cameroun à l’ancien Southern Cameroons,  a eu peu d’effets. En revanche, les manifestations et les attentats se multiplient. Dans les premiers jours de novembre 2017, trois gendarmes ont été assassinés près de Bamenda et de Jakiri, tandis de plusieurs civils étaient victimes de représailles. La répression est particulièrement vive et sans nuance.
L’histoire camerounaise est marquée par ce genre de répression massive et aux innombrables victimes. La conscience collective de ces massacres est toujours bien présente. De manière concomitante, sans qu’il faille y voir quelques conséquences, les Ibos du Biafra, frontalier du Cameroun anglophone, se réveillent aussi pour rappeler leurs exigences, également méprisées par le pouvoir central. Le Southern Cameroon National Council espère fructifier cette proximité linguistique, religieuse et ethnique.
A force de cacher les poussières sous le tapis, le président Biya pourrait connaître de graves tourments avant la fin de son mandat.
..
Partages