Burkina, guerre des partis politiques autour de 760 000 euros

Partages

Les 113 partis politiques recensés par le ministère de l’Administration territoriale au Burkina Faso n’arrivent pas à s’accorder sur la clé de répartition de la subvention de 500 millions de FCFA ( environ 760.000 euros) consentie par l’Etat pour leur permettre de se préparer aux prochaines élections générales (législatives et la présidentielle d’octobre). Les grands partis comme l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) de Zéphirin Diabré et le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) de Roch Marc Christian Kaboré prônent une répartition de l’enveloppe selon le poids politique alors que les « petites formations » réclament le principe de la même part pour tous. La subvention était habituellement indexée sur le nombre de député de chaque formation politique à l’Assemblée nationale. Ce critère n’est toutefois pas applicable sous la transition actuelle, le parlement ayant été balayé par l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

Partages