Burkina, flambée d’atrocités des jihadistes

Partages


Plus de 250 civils ont été tués depuis avril 2019 lors d’attaques ciblées et d’exécutions

Au Burkina Faso, depuis avril 2019, des groupes islamistes armés ont tué plus de 250 civils dans des attaques ciblées et des exécutions sommaires, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Des témoins ont affirmé que les assaillants tentaient de justifier leurs meurtres en établissant un lien entre leurs victimes et le gouvernement, l’Occident ou la foi chrétienne. La recrudescence d’attaques, ces derniers mois, a amené des centaines de milliers de civils à fuir leurs domiciles.

Des Peuls et des Fulanis ciblés

Les groupes islamistes armés responsables des attaques ont commencé leurs opérations au Mali, au-delà de la frontière, avant de les poursuivre au Burkina Faso à partir de 2016. Au départ, les attaques étaient concentrées dans la région du Sahel, dans le nord du pays, puis elles se sont propagées de façon continue vers les régions du Nord, du Centre-Nord, de la Boucle du Mouhoun et de l’Est.

Les groupes armés ont principalement recruté leurs membres parmi les communautés nomades Peul ou Fulanis, en exploitant leurs récriminations sur la pauvreté et la corruption du secteur public. Cela a attisé les tensions avec les autres communautés, largement agraires, notamment les Mossis, les Songhai, les Foulsé, et les Gourmantche, qui ont été les victimes de la plupart des attaques.

« Au Burkina Faso, les groupes armés islamistes ont attaqué des civils avec une extrême cruauté, sans le moindre égard pour la vie humaine », a déclaré Corinne Dufka, directrice de Human Rights Watch pour l’Afrique de l’Ouest. « Cibler délibérément des agriculteurs, des fidèles, des employés des mines, des personnes déplacées et des commerçants, ce sont des crimes de guerre. »

Partages