Burkina Faso : Rien n’arrête la menace terroriste 

Partie timidement de la frontière avec le Mali en 2015, la menace terroriste connaît une progression inexorable au Burkina Faso.

Toutes les 26 communes de la région du Sahel sont désormais touchées par le terrorisme : leurs maires ont dû fuir l’insécurité aux côtés de leurs administrés. Les activités des groupes terroristes dans le pays ont largement dépassé le Sahel burkinabé pour atteinte d’autres territoires telle que la région des Cascades, frontalière avec la Côte d’Ivoire, victime d’une nouvelle attaque terroriste en fin de semaine dernière. 

Pour les groupes terroristes, particulièrement l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), allié du mouvement djihadiste burkinabé Ansarul Islam, le Burkina Faso frontalier du Benin, du Ghana et du Togo, représente une excellente d’entrée dans le Golfe de Guinée.  La progression de la menace terroriste au Burkina Faso intervient en même temps que l’intensification des actions des groupes djihadistes dans la zone dite des trois frontières que partagent le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Dans le contexte sécuritaire actuel, tout porte à croire que l’élimination d’un chef terroriste, même de haute valeur comme Abou Adnane Walid Al-Saharaoui, ne suffira pas à freiner la progression de la menace terroriste au Burkina Faso et dans le reste du Sahel.

État Islamique, le Burkina Faso au bord de l’implosion

 

 

Previous articleÉgypte : la capitale pharaonique d’Al-Sissi
Next articleTchad : on reparle de la Transition 
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)