Au sommet de l’UA, la presse libre interdite

0
Partages

La majorité des journalistes mauritaniens de la presse francophone a été exclue du sommet de l’Union Africaine.

Des journaux comme « le Calame », « l’éveil », « le quotidien de Nouakchott », « L’authentique’, « Mauriweb », « Cridem », connus pour leur indépendance et dont certains font l’objet de poursuites de la part du pouvoir mauritanien, n’ont pas pu participer aux points de presse organisés par les autorités.Ce qui permettra au président français, Emmanuel Macron, d’échapper à des questions pertinentes sur l’état des libertés en Mauritanie ou sur la corruption généralisée.

Partages
Article précédentTunisie, Washigton inquiet de l’éviction de Lotfi Brahem
Article suivantMauritanie, le réquisitoire d’Aminetou Mint Moctar
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)