Attaque terroriste repoussée contre la base du parc W au Niger

Partages

La base de la Tapoa, à l’entrée du parc naturel du W, a fait l’objet d’une attaque de plus de 100 djihadistes venus à pied et à moto dans la nuit de jeudi à vendredi. L’armée nigérienne a pu repousser l’assaut au matin.

Un lieutenant des Eaux et Forêts, responsable de la Protection au parc transfrontalier, et un Ranger, ont été tués, alors qu’ils étaient sortis de chez eux vers 3h00 du matin lorsque les tirs ont commencé. Deux militaires nigériens sont portés disparus. On ignore le bilan côté ennemi.

Un groupe de combattants avait été déposé à proximité de la base, à l’intérieur du parc, quelques jours plus tôt. Ils ont rejoint, à pied, l’offensive menée, en face, par une centaine de combattants arrivés sur une soixantaine de motos par l’accès principal. La base s’est ainsi trouvée prise en tenaille. Deux véhicules ont été volés, dont l’un armé d’une 12-7, et le magasin d’armes des forestier a été cambriolé. Il ne contenait plus que des armes tombées en désuétude.

Une contre poursuite s’est engagée au matin, après trois heures de fusillade.

La réserve transfrontalière du W sert de base arrière, depuis maintenant plusieurs années, à l’Etat islamique au Grand Sahara. Elle offre couvert végétal, eau et nourriture à ses combattants, notamment du côté burkinabè de la frontière, où des villages ont été abandonnés par leurs habitants fuyant les violences, surtout ces derniers mois, alors que les combats entre l’Etat islamique et Al Qaida au Maghreb islamique faisaient rage.

Les villages voisins du parc W au Niger sont menacés depuis plus d’un an de représailles mais les renforts militaires nigériens déployés sur place leur ont permis de résister jusqu’ici, malgré des attaques sporadiques. L’Etat islamique tente, visiblement, de faire place nette dans cet espace pour mener à bien ses opérations et se déplacer librement dans la région.

Partages