Ali Bongo serre la vis aux journalistes

Partages

A l’approche des présidentielles prévues fin août au Gabon, le président Ali Bongo, candidat à sa propre succession dans un contexte politique extrêmement tendu, met les journalistes de l’opposition sous pression. Le chef de l’Etat a porté plainte en diffamation contre le journal « Echos du Nord » et son rédacteur en chef Désiré Ename connu pour ses positions très critiques à l’égard d’Ali Bongo. En cause, un article paru le 18 avril 2016, intitulé « La vraie menace terroriste » montrant une photo du président et l’accusant d’avoir « instauré un régime de terreur durant sept ans ». L’auteur de l’article décline ensuite les arrestations jugées arbitraires menées par le régime d’Ali Bongo contre ses tous ceux qu’il considère comme des ennemis du régime. La campagne s’annonce tumultueuse.

Partages