Algérie, des migrants battus pendant les rafles

0
Partages

Les autorités algériennes ont procédé à des rafles de centaines de personnes d’Afrique subsaharienne depuis janvier 2018 – dont des femmes et des enfants – et expulsé beaucoup d’elles vers le Niger, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Les autorités privent les personnes arrêtées de leur droit de contester leur détention et leur possible expulsion, ont déclaré certaines d’entre elles.

À l’instar des vagues d’arrestations qui avaient eu lieu en octobre 2017 et en décembre 2016, les forces de sécurité ont arrêté les gens par groupes, dans la rue ou sur des chantiers du bâtiment, où beaucoup travaillent. La majorité – voire la totalité – d’entre eux ont été emmenés dans un centre situé à Zeralda, en périphérie de la capitale, où ils ont passé entre un et trois jours dans de grandes pièces sans matelas et avec très peu de nourriture, ont déclaré des personnes arrêtées. Les forces de sécurité ont ensuite expédié les migrants par bus vers le sud, à 1 900 km de là, dans un camp de Tamanrasset. Lors des rafles précédentes, ils emmenaient une partie des migrants en camion à In Guezzam, une localité près de la frontière, puis leur faisaient traverser la frontière pour entrer au Niger.

« L’Algérie rafle et déporte les migrants de façon dégradante et les prive de leur droit à voir leur situation étudiée de façon individuelle », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Un activiste local, souhaitant rester anonyme, a déclaré que ces rafles de centaines de migrants s’étaient produites le 24 janvier et le 10 février. On ne connaît pas le nombre total des personnes expulsées en 2018. L’International Rescue Committee (IRC), qui gère un programme d’assistance aux migrants à Agadez au Niger, a estimé qu’elles étaient 3 000 au total depuis début 2018, dont 500 depuis le 10 février. La plupart sont originaires du Niger, d’autres, en plus petit nombre, du Nigeria, du Cameroun, du Mali et de Guinée.

Des sources fiables à Alger ont déclaré que parmi les personnes détenues en janvier et février, figuraient 20 réfugiés et demandeurs d’asile, dont deux mineurs. Les autorités ont libéré certaines de ces personnes après avoir vérifié leur statut, d’autres se sont enfuies lors de leur transfert vers Tamanrasset. Pour deux d’entre elles au moins, on ne sait pas ce qu’elles sont devenues.

Le 13 février, Human Rights Watch a pu joindre par téléphone trois hommes détenus à Tamanrasset. Chacun de leur côté, ils ont décrit comment la police les avait placés en détention sans leur donner l’occasion de récupérer leurs papiers ou leurs économies. Ils ont également rapporté que les autorités n’avaient pas procédé à des contrôles afin de vérifier leur situation ou leur statut, ne leur avaient pas informés de leurs droits et ne leur avaient pas permis de contacter les représentants consulaires de leur pays.

Ils ont déclaré avoir été détenus avec des centaines d’autres personnes à Zeralda. Ils ont déclaré que parmi les personnes détenues, se trouvaient des Nigériens, des Maliens, des Camerounais et des Ivoiriens, y compris des femmes et des enfants.

Tous trois ont déclaré soit avoir vu les gendarmes frapper d’autres détenus, soit avoir eux-mêmes été frappés lors de leur transfert vers Tamanrasset. D’après leurs descriptions, les conditions sont inhumaines dans le camp de Tamanrasset, qui est sale, surpeuplé et où les détenus passent une journée entière sans être nourris.

L’Algérie a le pouvoir de contrôler ses frontières. Elle peut déplacer les personnes dont la présence dans le pays n’est pas légale, qui n’ont pas le statut de réfugié, ne font pas l’objet d’une procédure de demande de protection en cours et n’ont pas de revendication sérieuse, du point de vue des droits humains, qui interdit leur déplacement, en tenant compte notamment du droit à une vie familiale. Cependant, l’Algérie devrait donner à chaque individu une véritable opportunité de contester son déplacement et de faire examiner ses circonstances personnelles. Elle ne devrait pas soumettre les migrants à une détention arbitraire ni à aucune forme de traitement inhumain et dégradant.

En tant que partie à la Convention de 1951 sur les réfugiés et à la Convention de 1987 contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, l’Algérie n’a pas le droit de déplacer de force un réfugié ou un demandeur d’asile dans un endroit où il serait menacé de persécution, ni de déplacer une personne quelconque dans un endroit où elle courrait le risque d’être torturée ou soumise à un traitement inhumain et dégradant. Les revendications de toute personne exprimant ces craintes doivent être examinées lors de procédures complètes et justes, alors que la personne est dans le pays.

L’Algérie est également partie à la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, qui interdit les expulsions collectives de travailleurs migrants ou de leurs proches et exige que les gouvernements parties à la convention examinent et décrètent chaque expulsion potentielle de façon individuelle. La convention s’applique à tous les travailleurs immigrés et à leurs familles, indépendamment de leur statut migratoire ou de travailleur.

Les migrants devraient être placés uniquement en détention administrative, de façon individuelle, dans le plein respect du droit à l’application régulière de la loi et des garanties de procédure, et ce seulement en dernier recours et le moins longtemps possible. Pendant cette détention, ils doivent pouvoir communiquer avec leurs familles et avoir accès au HCR, l’organe des Nations Unies pour les réfugiés, et aux représentations consulaires. Enfin les conditions de détention et de traitement doivent pleinement respecter les normes internationales relatives aux droits humains.

Human Rights Watch s’est entretenue avec trois hommes qui ont été arrêtés lors des rafles récentes. Pour les protéger, ils ne sont pas désignés par leurs véritables prénoms.

Slimane, 27 ans, originaire du Cameroun, a déclaré qu’il était venu en Algérie il y a huit mois après que l’organisation extrémiste Boko Haram avait menacé de le tuer, ainsi que sa famille, parce qu’il refusait de se joindre à eux. Il a déclaré qu’il travaillait comme agent de sécurité sur un chantier à Sidi Abdallah.

À 22 h le 10 février, alors qu’il gardait le chantier en compagnie d’un autre Camerounais, Mohamed, une demi-douzaine de gendarmes sont arrivés, ordonnant aux deux hommes de les suivre au poste de police. Lorsqu’ils ont demandé pourquoi, les gendarmes leur ont répondu en hurlant de ne pas poser de questions. Les gendarmes ont également refusé d’accéder aux demandes insistantes de Slimane qui voulait aller dans sa chambre, située sur le chantier, pour récupérer son passeport et ses économies. Ils ont menotté Slimane et son collègue, l’ont fait monter dans leur fourgon et les ont embarqués au poste de police de Sidi Abdallah.

Après avoir fait attendre Slimane et son collègue dans le fourgon pendant près d’une heure, devant le poste de police, les gendarmes les ont emmenés au camp de Zeralda. Slimane a déclaré qu’il y avait découvert des centaines d’hommes du Mali, du Cameroun, du Liberia et du Niger, entre autres, ainsi que des femmes et des enfants. Il y a passé deux nuits, dormant sur des cartons, sans couvertures et avec très peu de nourriture.

Le 12 février, a-t-il déclaré, les autorités les ont fait monter dans des autobus. Il a compté une vingtaine de bus, chacun transportant des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants.

Alors qu’ils étaient sur la route, un des hommes a essayé de prendre des photos de l’intérieur du bus avec son téléphone, a rapporté Slimane. Un gendarme l’a vu, a demandé au chauffeur de s’arrêter, puis a fait sortir cet homme du bus de force, avant de le frapper, avec d’autres gendarmes, au ventre et au visage, jusqu’à ce qu’il tombe par terre. Puis ils ont mis l’homme dans un autre bus.

Le bus est arrivé à Tamanrasset le 13 février à 14 h, a déclaré Slimane. Les autorités ont emmené les migrants dans un camp à l’extérieur de la ville et les ont détenus dans des conteneurs maritimes aménagés. Il a déclaré que les gendarmes frappaient les migrants aux jambes et au dos au moment où ils descendaient du bus.

Lorsque Human Rights Watch a pu joindre Slimane, il était dans le camp de Tamanrasset. Il a décrit les conditions comme « horribles – il y a des toilettes très sales dans la pièce, des déchets partout, des matelas répugnants. »

Il déclare : « Regardez les conditions de notre transfert, nous sommes entassés dans ce camion comme des animaux. »

Mohamed, 21 ans, qui a été arrêté en compagnie de Slimane, a fait un récit de l’arrestation et des conditions à Zeralda et à Tamanrasset similaire à celui de Slimane. Il a déclaré qu’à Zeralda il avait vu des centaines de personnes noires, toutes enfermées dans une grande pièce. Les femmes et les enfants étaient enfermés dans une pièce à part, a-t-il rapporté. Pendant son transfert de Zeralda à Tamanrasset, a-t-il déclaré, les gendarmes l’ont frappé :

Quand nous sommes arrivés à Ghardaia [une ville sur le trajet], je me suis senti mal, j’avais la tête qui tournait, étant donné que nous n’avions presque rien mangé depuis trois jours, à part un peu de biscuits et de pain. Je suis allé demander à un des gendarmes s’il pouvait me donner des médicaments et quelque chose à manger. Le gendarme m’a hurlé de me taire puis frappé à la tête avec une matraque. Je me suis évanoui. Quand je me suis réveillé, je me suis rendu compte que j’étais dans un autre bus.

Salif, un Malien de 24 ans, a déclaré qu’il était arrivé en Algérie il y a quatre ans et qu’il étudiait à l’université de Bab Ezzouar. Il a déclaré que les gendarmes l’avaient arrêté à midi le 10 février, dans une rue près de l’université. Il leur a demandé de l’accompagner à sa chambre d’étudiant pour qu’il puisse leur montrer son passeport et ses documents d’inscription à l’université, mais ils lui ont donné un coup de poing dans le ventre, l’ont menotté et forcé à monter dans leur fourgon, où il a trouvé 12 autres hommes, tous noirs. Les gendarmes les ont emmenés au poste de police de Bab Ezzouar, où des agents ont pris leurs empreintes digitales. Puis ils les ont mis dans des bus en direction du camp de Zeralda et de là, vers Tamanrasset.

Partages