Algérie, Lotfi Nezzar se serait réfugié en Espagne

Partages

D’après des sites algériens bien informés, Lotfi Nezzar aurait rejoint son père, l à bord d’un yacht appartenant à son beau-frère Farid Belhamdine, président de la société algérienne de pharmacie.

L’embarcation du fils du général Nezzar aurait rejoint la terre espagnole en passant par la célèbre station balnéaire d’Ibiza, située à 200 km des côtes algériennes.

De possibles lourdes peines

Lotfi Nezzar gérant de la société SLC aurait été aidé par Farid Belhamdine, président de la société algérienne de pharmacie.

Lui et son père risquent de lourdes peines compte tenu des accusations portées contre eux. Selon les articles 77,78 et 284 du code pénal militaire auxquels renvoient ces accusationsprévoient des peines allantes jusqu’à 20 ans de prison et dans certains cas à une peine de mort.

L’article 284 du code pénal militaire qui encadre le délit commis par Khaled Nezzar, son fils et Farid Belhamdine, stipule que «quiconque menace, par écrit anonyme ou signé, image, symbole ou emblème, d’assassinat, d’emprisonnement ou tout autre attentat contre les personnes, qui serait punissable de la peine de mort ou de la réclusion perpétuelle, est, dans le cas où la menace est faite avec ordre de déposer une somme d’argent dans un lieu indiqué, ou de remplir toute autre condition, puni d’un emprisonnement de deux (2) ans à dix (10) ans et d’une amende de cinq cents (500) à cinq mille (5.000) DA». 

Partages
Previous articleGuinée équatoriale, une parodie de justice
Next articleAlgérie, la guerre de Khaled Nezzar contre Gaïd Salah
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)